L'ingénieur automobile s'est lancé à fond dans la gourde réutilisable

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

"C'est mon boulot" avec tout l'été des portraits de "nouveaux entrepreneurs". Ils ont quitté leur vie de salarié pour créer leur boite... Aujourd'hui, Nicolas, qui a eu le déclic entrepreneurial en suivant un MBA.

 

Comment endosser le costume d'un entrepreneur alors qu'on a été ingénieur pendant 15 ans dans l'industrie automobile. Réponse de Nicolas Soubelet : en suivant les cours d'un executive MBA, l'une de ces prestigieuses formations qui permettent aux salariés de haut vol de donner un coup d'accélérateur à leur carrière.

Ce cursus de deux ans qui se déroulait entre Paris, Londres, New York, Shanghai et Chennai, en Inde, Nicolas y est entré pour devenir meilleur dans son boulot. Créer sa boîte il n'y pensait pas...

"Pas du tout. Mais par contre, dés le deuxième module, qui se déroulait à New York, on a eu un certain nombre de formations sur l'entrepreunariat et en particulier une qui pour moi a fait le déclic. Je me souviens, c'était un samedi, j'ai passé une journée avec un  professeur de Harvard qui était un spécialiste de l'entrepreunariat. Je suis sorti de ce cours-là, je suis allé le voir et je lui ai dit : "la semaine prochaine je rentre à Paris et je vais donner ma démission pour créer mon entreprise".

Et l'entreprise ce sera Squiz. Des gourdes réutilisables que l'on peut remplir avec des compotes, des purées, des smoothies ou des yaourts. Un pendant écolo et pas cher aux petites gourdes jetables qui font un carton auprès des enfants. L'idée, c'est son épouse, sage-femme, qui l'avait eu un an auparavant. Nicolas Soubelet s'arrange avec son employeur pour une rupture conventionnelle. Finalement, ce MBA tombe à pic.

"Toute la phase du projet, j'ai pu bénéficier des conseils des professeurs de mon executive MBA mais aussi des autres élèves dont certains étaient véritablement des spécialistes du marketing".

Première étape : convaincre des industriels de fabriquer des prototypes. Les créateurs de Squiz tiennent à ce que tout se fasse en Europe.

"On vend des gourdes qui vont être utilisées par vos enfants. Il est hors de question d'aller chercher des matériaux chinois où on ne maîtrise pas forcément la provenance. Donc pour nous le choix des matériaux européens étaient très important et d'avoir une empreinte carbone minimal était très important aussi".

Et pour le marketing, Nicolas et son épouse ont misé sur le digital.

"On a beaucoup travaillé sur le net, donc les réseaux sociaux et aussi des blogueuses, qui nous ont soutenu, qui ont cru au projet, qui nous ont donné des conseils et puis aujourd'hui on fait même du crowd design, ça consiste à proposer différentes pistes de recherche pour nos produits à nos fans sur Facebook et à leur demander : vous préférez qu'on aille dans cette direction là ou dans celle-là ?"

Aujourd'hui, la gourde réutilisable et lavable a fait son entrée dans la grande distribution, dans les magasins bio et dans la puériculture. S'appuyer sur un MBA pour créer son entreprise, c'est l'une des recettes des nouveaux entrepreneurs, comme Nicolas Soubelet.

Vous êtes à nouveau en ligne