Ils ont changé de vie. Hind est devenue architecte à près de 40 ans

Cet été, nous nous intéressons à des parcours de salariés qui ont changé de vie. Lundi, Hind, qui est devenue architecte à près de 40 ans. Un parcours long et difficile, dont elle vient tout juste de voir la fin.

Elle n'en était jamais loin, de l'architecture, Hind. On peut même dire qu'elle flirtait avec, en travaillant pour un promoteur immobilier à Casablanca, au Maroc. Un appel d'offres important la met en contact avec des architectes de niveau international : "Et c’est là où j’ai croisé la route de l’architecture dont je suis tombé amoureuse". Tout en travaillant, elle décide de commencer des études d'architecture à mi-temps, à Paris. Elle passera son temps dans les avions, à faire des allers-retours. Au bout de la première année, son employeur lui demande de choisir. Elle n'hésite pas. Pourtant "ce sont des études très dures où on est remis en cause, on est poussé dans ses retranchements, on sort d’un parcours où on était devenu expert dans son métier, on est reconnu et après on passe dans un autre parcours où on doute, où on se trouve nul, on n'est jamais convaincu de ce qu’on fait."

Surtout qu'il y a une partie technique, de sciences dures, à laquelle Hind n'était pas préparée : "C’est à la fois de la science et en même temps beaucoup de créativité et d’art, c’est un mélange d’art et de sciences." La créativité c'est plutôt son domaine d'excellence. Après quatre ans, il faut se lancer :"Quand on n'a pas de source de revenus on décide vraiment d'y aller. Je pense que j’en suis là, à cette prise de décision de lâcher vraiment mon ancien métier pour me lancer corps et âme dans le futur."

"Quand on tombe amoureux, la raison ne fonctionne plus..."

Pourtant Hind a deux enfants, un mari, une marmite à faire bouillir. Son choix est un peu fou, mais "quand on tombe amoureux, la raison ne fonctionne plus. Je ne peux pas avoir réalisé tout ce que j’ai fait jusqu’à maintenant sans vraiment être tombée amoureuse." Hind est donc devenue architecte à part entière. Mais comment la regardent ses nouveaux collègues ? : "Beaucoup d’admiration, je pense parce que la plupart sont tombés dans la marmite juste après le bac. Certains sont passionnés, d’autres pas. Moi, par contre je pense que ma passion pour le métier ravive leur propre passion."

Aujourd'hui, après ce parcours du combattant, et le but enfin atteint, Hind se sent bien : "En fait quand je regarde en arrière, je n’aurais peut-être pas fait parce que c’est vraiment une montagne à gravir, vraiment c’est dur. Par contre aujourd’hui je suis vraiment fière. J’ai toujours eu confiance en moi mais ça a renforcé des choses, je me sens plus ancrée. Il y a des choses qui ont changé. Je me sens apaisée."




Vous êtes à nouveau en ligne