Entreprises : en 2018, 50 000 entrepreneurs se sont retrouvés sans emploi... ni chômage

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

En 2018, 50 000 entrepreneurs ont perdu leur emploi et n'ont pas eu droit au chômage.

C'est souvent la descente aux enfers pour les entrepreneurs quand il est temps de mettre la clé sous la porte. Ils n'ont pas le droit au chômage. En 2018, 50 000 créateurs d'entreprise ont perdu leur emploi. À moins de souscrire à une assurance volontaire, les patrons ne peuvent pas toucher d'indemnités. 

"Les gens doivent se retourner et ils n'ont rien"

Pour 690 000 entreprises créées en 2018, selon les chiffres de l'Observatoire de l'emploi des entrepreneurs, 50 000 chefs d'entreprise se sont retrouvés sans emploi. "Ce n'est pas rien, c'est comme une ville de Bayonne ou de Corbeil-Essonne, compare Anthony Streicher, président de l'association GSC, assurance-chômage des chefs d'entreprise. Les gens doivent se retourner et ils n'ont rien."

Si les patrons ne souscrivent pas volontairement à une assurance-chômage, ils n'auront aucune prise en charge en cas de fermeture. Mais de nombreux créateurs d'entreprise ne sont pas au courant. "Si les gens savent que quand ils emploient des salariés, ces derniers ont une couverture chômage, explique Anthony Streicher, présent sur le Salon des entrepreneurs de Paris, ils ignorent qu'ils peuvent eux-mêmes se couvrir au cas où. Les nouveaux patrons n'y pensent pas. "Ils se lancent, créent, ils se disent qu'ils n'ont le droit à rien mais qu'ils vont réussir".

Moins d'1% des créateurs d'entreprise souscrivent à une assurance-chômage. Ils sont très peu informés. C'est ce qui expliquerait ce faible taux. "Ce n'est pas l'aventurier fou qui part sans boussole dans la forêt vierge. Il n'est juste pas au courant que la boussole existe".

Bâtiment, commerce et restaurantion représentent 50% des liquidations judiciaires 

Les chefs d'entreprises croient également, à tort, qu'ils toucheront le chômage. Renaud Boudry, qui travaille dans le commerce, s'est assuré. Aujourd'hui au chômage, il est couvert. "Ils ne sont pas conscients du risque. Il y a tellement de charges à payer que les patrons font souvent l'impasse sur ce qui devrait être indispensable".

50% des liquidations judiciaires concernent les secteurs du bâtiment, du commerce et de la restauration. Ce sont les activités les plus à risque, en lien direct avec le consommateur. 

Le Salon des entrepreneurs de Paris se tient ce mercredi 6 et jeudi 7 février, Porte Maillot. 

Vous êtes à nouveau en ligne