Emploi : la crise du Covid-19 a donné des envies de mouvement aux jeunes cadres

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Plus d’un jeune cadre sur deux envisage de changer d’entreprise dans les douze mois qui viennent. Les projets de reconversion n’ont jamais été aussi nombreux.


Ils fourbissent leurs armes, les cadres de moins de 35 ans. L’Association pour l’emploi des cadres (Apec) publie vendredi 7 mai son baromètre sur la mobilité des cadres, qui représente environ un salarié sur cinq. Et une tendance se dégage nettement : les jeunes cadres se préparent à bouger. La moitié d’entre eux ont créé, mis à jour ou enrichi leur profil sur les réseaux sociaux professionnels, comme LinkedIn, par exemple, au cours du premier trimestre de cette année. Plus d’un sur quatre dit avoir sollicité ses relations en vue de changer d’entreprise. C’est quatre points de plus qu’au trimestre précédent.

Ils n’en ont plus peur de changer d’entreprise. Ils sont 55% à envisager de changer d’employeur dans les douze mois à venir. C’est cinq points de plus qu’en début d’année. Et surtout 12 points de plus qu’au dernier trimestre de 2020. Il y a donc clairement un retour de la confiance chez les plus jeunes des cadres. Ils sont d’ailleurs de moins en moins nombreux à percevoir la mobilité professionnelle comme un risque.

Il est difficile de trouver du travail quand on est cadre au chômage


Les cadres de moins de 35 ans ont aussi très largement envie de changements plus profonds. Ils ne sont pas moins de 40% à avoir envie de se reconvertir professionnellement. C’est un chiffre très élevé et c’est beaucoup plus que ce que l’on observe chez les cadres seniors, qui ne sont que 17% à avoir des envies de changer de métier. Pour autant, il est toujours difficile de trouver du travail quand on est cadre au chômage. L’étude de l’Apec montre clairement que la quasi totalité – 89% – des cadres sans emploi disent que leur recherche est difficile. C’est aussi l’opinion des cadres en poste qui recherchent un nouvel emploi : les trois-quarts d’entre eux trouvent ça compliqué. On a nettement ici un effet de la crise. Il y a beaucoup moins d’offres d’emploi cadres sur le site de l'Apec qu’à la même période en 2019, avant la crise sanitaire. 22% d’offres en moins. C’est même encore plus dans certains secteurs à forte valeur ajoutée, dans l’industrie et dans l’Ile-de-France, où la baisse du nombre d’offres d’emplois cadres peut atteindre moins 35%.

Vous êtes à nouveau en ligne