Deux femmes entrepreneures sur trois gagnent moins de 1 500 euros par mois

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Près de 40% des femmes dirigeantes n'ont pas suivi une formation à l'entrepreneuriat.

Combien gagnent les femmes entrepreneures ? La réponse vient d'être apportée à l'issue d'un Tour de France de l'entrepreneuriat féminin. Et elle n'est pas très encourageante : les deux tiers des dirigeantes de France gagnent moins de 1 500 euros par mois. Certes, l'échantillon n'est pas énorme – 504 femmes entrepreneures ont répondu à ce questionnaire – mais le niveau de revenus a de quoi alarmer. Seuls 11% déclarent toucher plus de 3 000 euros par mois. Logiquement, le chiffre d'affaires est en général modeste : 70% des entrepreneures ne dépassent pas les 50 000 euros annuels.

Les femmes ne sont pas suffisamment dans les réseaux

Toujours selon cette étude réalisée par le réseau féminin Bouge ta boîte, 61% seulement des femmes ont réalisé un business plan lors de la création de leur entreprise. Près de 40% n'ont pas suivi une formation à l'entrepreneuriat. Et la plupart se financent sur des fonds propres. Mais surtout, selon Marie Eloy, la fondatrice de Bouge ta boîte, ce qui freine les femmes, c'est qu'elles ne sont pas assez dans les réseaux : "Les femmes réseautent peu par manque de temps, parce qu'elles estiment que c'est une perte de temps. Et pourtant c'est dans les réseaux que va se faire l'accompagnement au moment de la création, qu'on va leur proposer les aides et les financements possibles. Et au moment de la croissance c'est là qu'elles vont avoir des recommandations et faire du business. Pour les TPE, 70% de l'activité provient du bouche à oreille".

C'est important de se rendre visibles pour que les autres femmes puissent s'identifier

Marie Eloy

à franceinfo

Selon le réseau Bouge ta boîte, qui fédère aujourd'hui dans 60 villes les femmes entrepreneures qui veulent faire grandir leur société, il manque à ces femmes des modèles, des références. Près d'une femme sur deux n'est pas capable de citer une créatrice d'entreprise inspirante, et les noms qui reviennent le plus souvent sont ceux de Michelle Obama et de la présentatrice de télévision américaine Oprah Winfrey. Pour Marie Eloy, ce manque de "role model" est préjudiciable à la croissance des entreprises dirigées par des femmes :"Nous les femmes, on a tendance à ne pas se rendre visibles parce qu'on a l'impression qu'on n'en a pas besoin ou qu'on n'a pas besoin de flatter notre égo. Mais en fait c'est important de se rendre visibles pour que les autres femmes puissent s'identifier, qu'on puisse montrer qu'on est tout autant la norme. C'est comme ça qu'on arrivera à changer cet inconscient collectif qui nous plombe et qui fait que les chiffres de l'entrepreneuriat féminin ne sont pas bons".


Même dans le monde des start-up, les femmes sont à la peine. Les jeunes pousses fondées par des femmes n'ont recueilli que 2% des investissements alors qu'elles comptent pour 5% du total.

Vous êtes à nouveau en ligne