De nouvelles aides pour les jeunes à la recherche d'un emploi

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le Premier ministre Jean Castex et la ministre du Travail Elisabeth Borne ont annoncé jeudi des aides exceptionnelles.

Ces aides concernent une population qui a été oubliée dans le plan de relance annoncé en septembre : il s’agit des jeunes diplômés, ces jeunes qui viennent de terminer leurs études et qui cherchent du travail. Elisabeth Borne a cité jeudi 26 novembre, au cours de sa conférence de presse, l’exemple d’une jeune fille qui avait un petit boulot de serveuse tout en cherchant un travail correspondant à son diplôme. Elle ne peut évidemment plus avoir ces ressources, les bars et les restaurants étant fermés. Ses parents ne peuvent pas l’aider financièrement. La ministre du Travail a indiqué qu’un jeune dans cette situation pourrait s’adresser soit à Pôle Emploi, soit à l’Apec, l’association pour l’emploi des cadres, si son niveau d’étude lui permet de bénéficier de ses services. Elle aura alors droit à un soutien financier de 500 euros par mois jusqu’à la fin des restrictions, c’est à dire, en tout logique, jusqu’à la du mois de janvier.

Autre catégorie de jeunes aidés, ceux qui sont plus éloignés de l’emploi. Ceux là, c’est aux Missions locales qu’ils doivent s’adresser. Elles sont 436 en France, présentes dans tous les territoires, et elles qui gèrent le dispositif de la "garantie jeune", qui été évoqué par le Premier ministre. La garantie jeune, c’est un accompagnement renforcé vers l’emploi, un contrat qui est signé par le jeune, avec des mises en situation dans le monde du travail, un coaching, un suivi individualisé et une allocation de près de 500 euros. Jean Castex a annoncé que le nombre de jeunes qui pourraient bénéficier de ce dispositif – qui a fait ses preuves – allait être doublé et porté à 200 000. Il ne s’agit donc pas, à l’inverse de ce qui est proposé aux jeunes diplômés, d’une nouvelle formule, d’un nouveau soutien, mais bien d’un coup de pouce donné à un système – un contrat signé entre le jeune et la mission locale – qui existe depuis plusieurs années. Il est réservé aux jeunes entre 16 et 25 ans, éloignés de l’emploi.

La ministre du Travail a aussi donné quelques chiffres. Elle a dressé un nouveau bilan du plan "Un jeune une solution", lancé en juillet. Un plan qui comprend notamment des aides aux entreprises qui embauchent des jeunes, en CDD, CDI ou en apprentissage. Selon Elisabeth Borne, ce plan a permis près d’un million d’embauches de jeunes depuis début août, un niveau équivalent à celui de 2019.

Vous êtes à nouveau en ligne