Dans la Silicon Valley, dopés au LSD pour mieux travailler

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Désormais, pour être plus performant au travail dans la Silicon Valley, on peut prendre de toutes petites doses de LSD. Ce n'est évidemment pas légal. 

Nouvelle tendance dans la Silicon Valley : le microdosing. Le fait de prendre – en toute illégalité – de toutes petites doses de LSD pour être plus performant au travail.

Le New York Times, le Financial Times, le très branché magazine Wired et, plus près de nous, le quotidien britannique The Guardian ont tous consacré ces dernières semaines une enquête au phénomène du microdosing. Le grand retour de l'acide, cinquante ans après le "summer of love", l'été de l'amour, dans la vallée de San Francisco. Mais pour pour les mêmes raisons. Pas pour planer en écoutant Grateful Dead. Mais pour être plus créatif, plus innovant, plus connecté. "Super lucide dans un milieu où plus personne ne peut se permettre de rater une marche", comme l'explique un utilisateur, un "techno" de la Silicon Valley interrogé par le New York Times. À ses risques et périls.

Un but "récréatif"

Le microdosing, c'est le fait de prendre un dixième ou un quinzième de la dose classique de LSD, celle que l'on prend dans un but "récréatif".  Cela représente 10 à 20 microgrammes, une à deux fois par semaine, le plus souvent tous les trois jours, le matin. Un adepte affirme que : "C'est le truc qui vous permet d'atteindre le niveau supérieur d'innovation". Le microdosing est décrit comme une aide à la concentration, un facteur de réduction du stress et de l'anxiété, un moyen de mieux communiquer avec les autres. Et surtout une façon de booster sa capacité d'innovation. Autrement dit, dans la légende de la Silicon Valley, de gagner des millions de dollars.
Ce qui explique que le microdosing est pratiqué par des ingénieurs informatiques, des biologistes, des mathématiciens, et des entrepreneurs. Tous se passent des tuyaux et des retours d'expérience sur Reddit, une plateforme communautaire à mi chemin entre réseau social et forum de discussion qui a détroné Facebook aux Etats-Unis. Un jeune Berlinois qui travaille dans l'intelligence économique – la pratique a traversé l'Atlantique – explique au magazine Wired que c'est devenu : "Sa tasse de café magique".

C'est évidemment illégal, aux Etats-Unis comme en France

Sur des rats, les microdoses ont provoqué de l'agressivité et de l'hyperactivité. L'un des plus éminents spécialistes américains de la question met en garde : cela peut faire surgir des problèmes mentaux sous-jacents, provoquer des hallucinations et des flashbacks. À ne surtout pas faire chez soi, ni au travail évidemment !

En France, la pratique de la microdose n'est pas documentée. Mais le professeur Michel Hautefeuille, psychiatre à l'hôpital Marmottan, explique qu'il voit effectivement arriver depuis une dizaine d'années des patients "atypiques", qui utilisent des psychotropes pour pouvoir travailler.

Vous êtes à nouveau en ligne