Covid-19 : crise majeure pour l'immobilier de bureau

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Comment la crise sanitaire a-t-elle bouleversé le monde du travail ? Vendredi, les bouleversements sur le monde du travail jusque dans nos bureaux. L'immobilier d'entreprise n'avait jamais connu cela.

Cette année pourrait être la pire depuis 2002, qui était elle-même la pire année connue à ce jour. Selon le cabinet Knight Franck, qui vient de produire une étude concentrée sur l'Île-de-France, région qui concentre les sièges d'entreprises, ce sont surtout les grandes surfaces qui sont à l'arrêt. Pourquoi ? Parce que les entreprises marquent une pause avant d'engager tout mouvement de déménagement. Elles sont à la fois trop occupées à gérer l'urgence sanitaire et économique et plongées dans une grande réflexion sur la nécessité d'être à la tête d'un grand nombre de mètres carrés. Le gouvernement prône deux à trois jours de télétravail par semaine. Des accords sont partout en gestation sur la future organisation du travail. Ce n'est peut-être pas le moment de se lancer dans de grands projets immobiliers.

Un changement qui coûte cher

Le coût de l'immobilier – le deuxième poste après les salaires – est d'autant plus visible en temps de crise, où l'on veut rogner tout ce qu'il est possible de rogner. Il en coûte quand même 18 000 euros par an et par salarié pour un poste fixe dans le centre de Paris. Mais attention, une étude de la Banque de France suggère qu'une partie des économies que les entreprises pourraient réaliser pourrait être reversée aux salariés en télétravail, pour compenser les coûts qu'ils subissent.

La crise amène à reconsidérer la fonction des bureaux

La réflexion était déjà en cours dans certains grands groupes, mais la crise lui a donné un coup d'accélérateur. Sous la poussée du télétravail, les sièges des entreprises pourraient devenir plus des lieux d'échange d'idées, de croisement – certains parlent de sérendipité – que des endroits où l'on se rend tous les jours pour travailler. Du coup, moins d'open space, mais plus d'espaces de rencontre.
 
En attendant, certains aspects de la vie de bureau ont été bouleversés. Et si on ne devait retenir qu'un seul de ces changements, c'est peut-être à la cantine qu'il faudrait le trouver. Le restaurant d'entreprise n'est plus le lieu de convivialité qu'il était. Et surtout, le télétravail lui a porté un rude coup. Elior, l'un des géants du secteur, a annoncé la suppression de près de 1 900 postes en France.
 

Vous êtes à nouveau en ligne