"Coup de pouce" et "Talents seniors", deux opérations pour aider les cadres seniors en recherche d'emploi

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

L'Opération Coup de pouce et l'opération de parrainage Talents seniors visent à favoriser le retour à l'emploi des cadres seniors, particulièrement exposés au chômage de longue durée.

Il est très difficile de retrouver un emploi pour les cadres seniors qui sont au chômage. Ils forment le plus gros du bataillon des chômeurs de longue durée pour cette catégorie de salariés. Deux opérations qui se tiennent partout en France visent à les remettre en selle.

Coaching et parrainage 

La première de ces opérations, c'est l'opération Coup de pouce. Elle est menée par le Syntec conseil recrutement, qui est l'association professionnelle des cabinets de conseil en recrutement. Elle se tient du 17 au 29 juin en régions, en Nouvelle-Aquitaine, en Île-de-France, dans les Hauts-de-France, en Bretagne et en Auvergne-Rhône-Alpes. Il s'agit d'ateliers pratiques pour permettre aux cadres seniors de mieux mener leur recherche d'emploi et de sessions de speed coaching pour confronter sa présentation personnelle à l'avis de trois chasseurs de tête. C'est gratuit et il faut s'inscrire dès maintenant sur opération Coup de pouce.

L'autre opération, c'est l'Apec qui la mène depuis le 23 mars dans sept régions et elle va durer toute l'année. C'est l'opération de parrainage Talents seniors qui met en relation des chefs d'entreprise, des cadres dirigeants, des décideurs institutionnels et même des élus avec des cadres inscrits au chômage. Des binômes sont ainsi constitués, qui se voient au moins une fois par mois, avec un consultant de l'Apec. L'association pour l'emploi des cadres veut lutter contre ce fléau qu'est le chômage chez les cadres les plus âgés, une situation dont ils ont toutes les peines du monde à se sortir.

Le découragement s'amplifie après 60 ans

Une enquête montre que les cadres au chômage arrêtent de chercher du travail passé 60 ans. Selon le Syntec, qui a sondé les cadres qu'elle a aidés les années précédentes, les cadres seniors sont en démarche de recherche active jusqu'à 60 ans, mais après ils baissent définitivement les bras. 59 % d'entre eux ne sont pas optimistes sur leur recherche d'emploi et un sur deux voit leur âge comme le principal obstacle à leur retour sur le marché du travail. Ils disent être systématiquement mis en concurrence avec des profils plus jeunes, ne jamais être convoqués pour un entretien et ne pas avoir le bon profil.

Pourtant, on leur reconnaît des qualités indispensables. Selon une étude de l'Apec, ils sont autonomes et capables de débloquer des situations inextricables. Ce sont leurs managers qui le disent. Ces derniers affirment qu'il est plus facile de travailler avec des seniors qu'avec des jeunes. Des arguments que devraient entendre les recruteurs.

Vous êtes à nouveau en ligne