Commerce : la franchise, voie royale pour les salariés en reconversion

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le secteur de la franchise est en forte croissance et la formule séduit les salariés en quête de reconversion.

C'est une voie royale pour les salariés qui veulent se reconvertir : devenir fromager, fleuriste, marchand de vins, se lancer dans la restauration rapide mais par le biais d'un réseau de franchise. Une formule qui connait cette année encore une progression spectaculaire. Ce secteur du commerce connaît un véritable boum puisque le secteur de la franchise enregistre la plus forte progression de ces dix dernières années : +8%, 76 nouvelles enseignes en 2017, 2 600 nouveaux points de vente. C'est même un domaine où la France est championne d'Europe.

En termes d'emplois, la franchise pèse lourd : 620 000 emplois directs et indirects. La formule séduit beaucoup les salariés en mal de reconversion. 76% des franchisés étaient salariés avant de s'installer. Cette semaine, dans 11 villes de France, des conférences et des portes ouvertes pour faire découvrir la formule. 

Un cadre sécurisant pour se reconvertir

Le principe de la franchise : on paye un droit d'entrée et une redevance tous les mois. Le plus souvent, c'est un pourcentage du chiffre d'affaires. Anne Lety est une ancienne DRH, elle a 39 ans et elle est devenue fleuriste à Sucy-en-Brie, dans le Val-de-Marne, il y a sept ans. Elle a déboursé 17 000 euros pour rejoindre son réseau : "Economiquement, ça permet d'être plus solide parce que le marché de la fleur n'est pas forcément facile tout le temps et partout. Et puis il y a l'accompagnement, la formation, qui permettent quand on est en formation de se lancer de manière plus confiante pour pouvoir développer l'activité rapidement."

Anne Lety verse chaque mois 6% de son chiffre d'affaires à son franchiseur. Pour elle, c'est une bonne opération "C'est un peu comme si on rémunérait un service, ce qu'on rémunère par la redevance de franchise c'est l'enseigne mais aussi les achats, la communication, la stratégie commerciale, les travaux, l'ouverture du magasin, la formation des salariés. C'est un service que l'on rémunère, en fait."

Une meilleure qualité de vie

Il a fallu y passer beaucoup de temps au début. Accepter aussi de gagner un peu moins. Mais, paradoxalement, la reconversion dans la franchise a permis d'avoir une meilleure qualité de vie : "Ça m'a permis d'adapte les horaires à ma vie personnelle, explique Anne Lety. J'ai deux enfants en bas âge, et comme ça fait cinq ans que le magasin est ouvert, je peux déléguer. J'ai une équipe qui permet d'aménager mes horaires, chose qu'on ne peut pas faire quand on est salarié puisqu'on est tributaire de la vie de l'entreprise."

C'est dans l'alimentaire, les services à la personne, la restauration rapide et dans le secteur du nettoyage que la franchise se développe le plus.

Vous êtes à nouveau en ligne