Comment se protéger des manipulateurs au travail

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

On en parle de plus en plus, on a peut-être même tendance à les voir partout : les pervers narcissiques, les manipulateurs. Ils font la une des magazines et les beaux jours de l'édition. Au travail, ces personnalités toxiques feraient - évidemment ! - des ravages. "Leur nombre serait même en progression ces dernières années", écrit même une jeune femme qui s'est spécialisée dans la lutte contre le burn-out, le syndrôme d'épuisement professionnel.

Est-ce qu'il y a de plus en plus de manipulateurs dans la société en général ou bien est-ce que le climat de compétition dans les entreprises, la crise, la peur de perdre son emploi, l'individualisation des relations de travail, tout ça fait que des gens qui ont des tendances manipulatrices, toxiques, ont tendance "à se lâcher" davantage ? Selon Karine Branger, qui a fondé le cabinet New Dimension Coaching, "le pervers narcissique, ou manipulateur, est un sculpteur confirmé de burn-out chez autrui." D'où l'importance de l'identifier et de s'en protéger.

Parmi les traits qui permettent de le reconnaître, l'ancienne DRH relève ceux-ci : Il répond très souvent de façon floue ; son comportement, ses opinions,
ses sentiments changent en fonction des situations et des personnes qu'il
côtoie ; sans en avoir l'air, il critique, dévalorise et juge, mettant en
doute les qualités et compétences de ses collaborateurs, attaquant leur
personnalité ; il est passé maître dans l'art du " diviser et apeurer
pour mieux régner " ; il évite les entretiens, s'échappe de réunion,
prétextant toujours un rendez-vous de dernière minute chez un client ou des
tonnes de travail ; mettant en avant l'ignorance (même imaginaire) des
autres, il fait croire à sa supériorité.

Vous êtes à nouveau en ligne