Chercher du travail quand on est en poste : les précautions à prendre

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Parmi vos bonnes résolutions pour 2014, il y a peut-être celle de trouver un nouveau travail. Seulement voilà, chercher du boulot quand on est en poste nécessite quelques précautions. Les conseils d'un chasseur de tête.

La première de ces précautions, c'est de ne pas utiliser votre temps de travail et vos outils de travail pour chercher un autre travail...

Le grand principe, c'est que tout ce que l'employeur met à votre disposition - ordinateur, logiciels, téléphone portable - est destiné uniquement à travailler pour son compte. Alors, il ne faut pas non plus exagérer, on ne va pas vous licencier pour faute parce que vous surfez quelques minutes par jour sur des sites d'emploi ou que vous passez deux coups de fil dans le cadre de votre recherche.

Ou du moins ce licenciement pourrait être contesté... Non, c'est surtout "politiquement" que c'est risqué. Si on vous surprend en train de chercher ailleurs, ça peut compromettre vos beaux projets d'avancement en interne.

Bref, le mieux c'est encore de séparer clairement le temps de recherche et le temps de travail. Pour Fabrice Coudray, chasseur de tête, directeur au cabinet Robert Half, chercher du travail est un autre travail, mieux vaut s'y consacrer le soir et le week-end.

L'autre question que les candidats se posent est : est-ce que je peux mettre mon CV sur les réseaux sociaux ? Est-ce que je ne vais pas me faire repérer ? Aujourd'hui, avoir un profil sur Linkedin ou Viadéo, c'est complètement banal. C'est presque de ne pas en avoir qui devient bizarre ! Et mettre son "profil" à jour - son CV en ligne - ne va pas forcément attirer l'attention de votre patron ou de vos collègues.

A condition de ne pas écrire "en recherche active" ou "intéressé par de nouvelles opportunités". Mais ça, de toutes façons, même quand on est au chômage il ne faut jamais l'écrire sur les réseaux sociaux. On titre son profil sur ses compétences, jamais sur le fait qu'on cherche du travail.

On peut aussi publier son CV sur les sites d'emploi, mais à condition d'activer les fonctions qui vont réserver la lecture de votre CV aux seuls chasseurs de tête, par exemple, ça c'est possible. Mais sinon, la meilleure arme c'est quand même le réseau. Dans ces entretiens obtenus par recommandation, il faut dire qu'on est arrivé au bout de quelque chose dans son poste actuel, qu'on a envie de prendre de nouvelles responsabilités... Bref, toujours être dans le positif et dans l'avenir, mais ne jamais - ça aussi c'est une règle de base, ne jamais dire du mal de son employeur actuel. Une fois sur deux, quand on change de travail, on gagne plus, comme l'a rappelé l'an dernier une étude du Syntec recrutement.

Un concours pour inciter les jeunes à créer leur entreprise

Un concours avec cinq mille euros à la clé. Et ça commence demain. Il s'agit de poster une vidéo qui présente son projet d'entreprise sur le site 100 jours pour entreprendre.fr. Les dix gagnants remporteront 2.500 euros, un smartphone avec deux ans d'abonnement (c'est toujours ça), un accompagnement juridique et comptable (c'est le plus important) et un an de suivi par un mentor (c'est encore plus important). C'est donc destiné aux 18-26 ans qui préfèrent créer leur boîte plutôt que d'envoyer des CV. Vous avez jusqu'au 25 avril pour participer.

Plus on surveille les salariés, moins ils travaillent

Et à l'inverse, moins on les surveille, plus ils sont efficaces ! C'est la Harvard Business School qui arrive à cette conclusion. Voici ce que le professeur Bernstein a découvert : dans une usine chinoise qui produit des téléphones mobiles, quand les chefs surveillent, les employés font tout bien comme ils doivent faire, en respectant scrupuleusement le processus. Et quand les chefs tournent le dos, ils se mettent à travailler à leur manière. Résultat : des performances supérieures de 10 à 15% quand on fiche la paix aux salariés. Avis aux petits chefs.

Vous êtes à nouveau en ligne