Ces métiers qui tendent les bras aux jeunes sans diplôme

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Commerce et vente, restauration, défense, sécurité privée... Certains secteurs recrutent des jeunes sans qualification.

Le chômage des jeunes est en net recul. C'est la première fois depuis dix ans qu'il repasse sous la barre des 20%, selon les derniers chiffres de l'Insee publiés jeudi dernier. Même s'il est beaucoup plus difficile de trouver un emploi quand on n'a pas de diplôme, certains secteurs ouvrent leurs portes à des jeunes qui n'ont pas le bac.

Evidemment, il existe des voies royales, comme l'apprentissage : 70% des apprentis trouvent un travail dans les sept mois qui suivent l'obtention de leur diplôme. Et que dire des grandes écoles ! Neuf diplômés sur dix sont en poste six mois après avoir fini leurs études. Et près des deux tiers ont été embauchés avant même d'avoir eu leur diplôme, selon la Conférence des grandes écoles.

C'est un nouveau record dû à une baisse du chômage en général, qui conduit les employeurs à se tourner davantage vers les jeunes, faute d'avoir trouvé le bon profil, avec cinq à dix ans d'expérience, qu'ils recherchent en priorité. Mais c'est vrai que cette baisse profite à tous. Le chômage des jeunes a fortement reculé en 2018. Il s'établit à 18,8% contre 20,5% un an plus tôt.

Le commerce et la vente ont le vent en poupe

Du coup, le centre d'information et de documentation jeunesse (Cidj) note aujourd'hui que certains secteurs n'hésitent plus à embaucher des jeunes sans diplômes. C'est le cas d'abord du commerce et de la vente. C'est le premier secteur employeur de jeunes. 15% des jeunes sans diplômes travaillent dans le commerce. Ils sont caissiers, employés de libre service ou vendeurs. Autre secteur dans lequel on peut travailler dans diplôme, l'hôtellerie-restauration. Près d'un quart des recrutements concernent des jeunes sans rien en poche. Ils sont aides de cuisine, employés de restaurant et d'hôtel ou serveurs. La restauration collective aussi embauche sans regarder les diplômes.

Le secteur de la défense recrute. Pour cette année, le ministère des Armées prévoit plus de 25 000 recrutements, y compris de jeunes sans diplôme. L'administration pénitentiaire aussi, est très accueillante. Elle désespère même d'attirer des candidats, diplômés ou non : sur les 15 000 inscrits au concours de septembre dernier, seuls 3 000 candidats se sont présentés. Même ouverture aux jeunes sans qualification du côté de la sécurité privée et de la propreté. La sécurité privée, ce sont 33 000 projets de recrutements, tous horizons. Le secteur de la propreté également avec 100 000 postes à pourvoir.

Tous ces secteurs insistent sur le fait qu'on peut entrer en bas de l'échelle et grimper vite et haut. À noter que toutes ces branches proposent aux jeunes d'obtenir des diplômes qu'ils n'ont pas. Ce sont des CQP, des certificats de qualification professionnelle, des diplômes reconnus par le ministère du Travail qui se passent sur le tas et qui peuvent réconcilier les jeunes avec l'enseignement.

Vous êtes à nouveau en ligne