C'est mon boulot. Propos sexistes ordinaires au travail

 "Agir contre le sexisme dans le monde du travail". C'est le titre d'un kit pédagogique qui va être présenté tout à l'heure au ministère du travail. Un document qui précise la notion juridique "d'agissement sexiste". Et sur le terrain, il y a encore du travail, comme en témoigne ce blog qui vient tout juste d'être lancé.

Alors qu'aujourd'hui est présenté au ministère du Travail un kit pédagogique sur la notion juridique "d'agissements sexiste", il existe un site, Paye ton taf qui a été créé par la même jeune femme qui est à l'origine de Paye ta schnek. Un blog qui recense les phrases sexistes entendues dans la rue. Ici, on ne parle que du monde du travail, qui est un terreau fertile où s'épanouit le sexisme ordinaire. Anaïs Bourdet, une graphiste freelance de 32 ans, a recueilli quelque 350 témoignages au cours des 48 premières heures d'existence de Paye ton taf. Ce site, c'est un Tumblr. On y lit brut de décoffrage les remarques entendues par les femmes - mais une cinquantaine d'hommes ont témoigné - au travail. C'est par exemple : "Au lieu de nous emmerder avec la sécurité, tu serais pas mieux à faire la vaisselle ?". Ou bien : "La parité au conseil d'administration, non mais vous voulez vraiment couler la boite ?". Il y a aussi le graveleux : "c'est toujours une bonne journée quand elle commence derrière toi". Cette phrase, prononcée par le patron d'une grande administration : "Ah on sait comment vous décrochez un projet, vous, vous venez avec vos filles". Ou dans une entreprise de Montpellier : "C'est une belle plante, envoie-la à la réunion à ma place, elle fera pot de fleur".


Des phrases qui viennent de tous les milieux, de tous les secteurs. C'est un point sur lequel Anaïs Bourdet insiste, ce sexisme sévit quel que soit le niveau d'éducation, la violence est la même partout. D'ailleurs deux autres sites y sont consacrés : Paye ta robe pour les avocates, et Chair collaboratrice pour les femmes en politique. Pour la jeune femme, ces plateformes "permettent aux femmes de réaliser qu'elles ne sont pas seules à vivre tout ça. Elles apportent la preuve irréfutable de l'existence de ce sexisme".

En bref

Une journée consacrée à la reconversion professionnelle.

C'est d'une part un salon qui se tient aujourd'hui à la porte de la Villette à Paris, avec des coaches, des avocats, des organismes de formation qui répondent à vos questions. Et c'est aussi des journées portes ouvertes organisées dans 160 villes. C'est par exemple l'AFPA, les Fongecifs, les Gretas... des organismes qui peuvent vous aider à y voir clair dans votre projet de reconversion. La liste se trouve sur nouvelleviepro.fr.

Vous êtes à nouveau en ligne