C'est mon boulot. Pas de vaccin obligatoire dans les entreprises

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le vaccin peut-il être administré par les entreprises ? Certaines s’y préparent mais ne pourront pas l'imposer à leurs salariés.

Le vaccin pourrait-il être imposé par des entreprises qui seraient soucieuses de tout faire pour protéger leurs salariés et surtout de revenir le plus rapidement possible à une activité normale, en faisant notamment cesser le télétravail et en amenant tout le monde à revenir dans les locaux de l’entreprise ? La réponse a été martelée à plusieurs échelons des pouvoirs publics. C’est clairement non. Le chef de l’État avait indiqué dès le mois de novembre que la vaccination ne serait pas obligatoire, et sur le sujet particulier des entreprises, Elisabeth Borne, la ministre du Travail, l’a affirmé sans ambiguïté : "Les entreprises ne pourront pas exiger cela – de se faire vacciner – de leurs salariés". Si une entreprise a bien le pouvoir de proposer des tests de dépistage, elle ne peut pas et ne pourra pas imposer le vaccin. D’ailleurs, pour le moment, seuls les gouvernements peuvent commander des vaccins. Si cela doit changer, cela passera par une décision des ministères du Travail et de la Santé, sur recommandation de la Haute Autorité de santé. 

Pourtant, déjà, certaines voix s’élèvent pour que les entreprises aient leur rôle à jouer dans la vaccination. Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT, a tout récemment estimé que les entreprises pourront aider à la diffusion du vaccin comme certaines le font déjà pour lutter contre la grippe saisonnière. D’ailleurs, dimanche 3 janvier, dans le Journal du Dimanche, une tribune signée par plusieurs chefs d’entreprise appelait leurs homologues à montrer l’exemple en se faisant vacciner sans tarder, et à ouvrir le débat dans l’entreprise. Le code du travail prévoit d’ailleurs qu’un chef d’entreprise puisse recommander à des salariés particulièrement exposés de se faire vacciner. Recommander, encore une fois, mais pas imposer.

Certaines entreprises commencent à s’organiser

Plusieurs grands groupes, notamment, ont d’ores et déjà mis en place des cellules de réflexion autour d’une possible vaccination en entreprise. Renault, EDF et Total en font partie. Chez Renault, par exemple, un "comité de veille" a été mis sur pied. Il est composé de médecins et de membres des ressources humaines. Chez Total, on compte en plus des juristes pour se préparer, très en amont, à une éventuelle vaccination. Mais toutes les directions insistent pour dire qu’il s’agit de prendre les devants et qu’on en est qu’au niveau de la réflexion.

Vous êtes à nouveau en ligne