C'est mon boulot. Pas de don de RTT pour prendre soin d'un conjoint

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

En Seine-Saint-Denis, une gardienne de prison atteinte de leucémie demande à ce que son époux policier puisse se faire offrir des jours de congé par ses collègues pour pouvoir prendre soin d'elle. Or la loi ne le permet pas.

Le don de RTT entre collègues est réservé aux parents d'un enfant malade. Et la loi de 2014, étendue à tous les fonctionnaires en 2015, ne prévoit pas ce cas de figure : il n'est pas possible de se faire offrir des jours de congé pour prendre soin d'un conjoint gravement malade. Le cadre de la loi est très strict. L'enfant doit avoir moins de 20 ans et la gravité particulière de la maladie, du handicap ou de l'accident qui le concernent doit avoir été constatés par un certificat médical. De même que le caractère indispensable de la présence soutenue d'un adulte et l'aspect contraignant des soins. Pour cette femme, mère de quatre enfants, qui aimerait que son mari l'accompagne, pas de possibilité. Elise, c'est son nom, veut justement faire évoluer la loi sur ce point.

Des dons anonymes et sans contrepartie

Si vous avez un collègue qui a besoin de temps pour s'occuper d'un enfant gravement malade, vous pouvez lui donner des jours qui proviennent de votre compte épargne temps (CET), des jours de congés payés, des jours de RTT ou de repos compensateur. Une seule limite : il faut garder pour soi au moins quatre semaines de vacances. L'employeur maintient la rémunération du salarié qui reçoit le don. Ces dons doivent être anonymes et sans contrepartie. L'employeur est censé garder l'information confidentielle.


En pratique, dès que le cas se présente dans une entreprise, il y a un grand élan de solidarité. L'histoire la plus récente vient tout juste de se dérouler chez Capdune, une plateforme téléphonique de Coudekerque-Branche, dans le Nord. Un jeune papa a récolté un an de congé pour s'occuper de son fils malade, rapportent nos confrères de La voix du nord. Dès le premier jour de l'appel, 101 jours de congés avaient été récoltés, 185 le troisième jour. L'entreprise a mis la main à la poche. Au total, c'est donc une année entière qui a été versée sur un "compte épargne solidarité" créé pour l'occasion.

En bref 

La ville de Suresnes est montrée en exemple dans le monde entier pour sa politique de ressources humaines. C'est l'Organisation internationale du travail (OIT) qui va faire la promotion de la ville des Hauts-de-Seine auprès de ses 187 pays membres. L'OIT va enseigner ce qui se fait à Suresnes en matière de dialogue social, d'égalité hommes-femmes, de bien-être au travail et de lutte contre l'absentéisme. Il s'agit pour l'OIT de répandre partout cette expérience "réussie, concrète et transposable".

Vous êtes à nouveau en ligne