C'est mon boulot. Le métier d'agriculteur se modernise

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Des robots et des drones ont fait leur apparition dans les fermes. Le métier d'agriculteur s'est transformé ces derniers temps.

Le Salon de l'Agriculture ouvre ses portes samedi 25 février. L'occasion de se pencher sur le métier d'agriculteur qui s'est beaucoup transformé ces dernières années. Plus mécanique, plus numérique : robots, lasers et drones ont fait leur apparition dans les fermes.

Des drones qui survolent les champs, des robots qui traient les vaches toutes seules, des tracteurs qui n'ont pas besoin de conducteur : l'agriculture est en pleine révolution. La preuve, 85% des agriculteurs utilisent tous les jours internet pour leur travail. Et l'agriculture est devenue le premier marché mondial pour les produits technologiques. Bienvenue dans l'agriculture de précision.

Des robots pour traire les vaches

Symbole de ce mouvement, les robots de traite. On connaissait les trayeuses automatiques, mais là on franchit une étape supplémentaire. L'exploitant ne touche plus la vache ! Le robot, grâce à ses lasers, se place de lui-même au bon endroit. En analysant le lait, il recueille une foule d'information sur la vache. Si elle risque de tomber malade, par exemple. C'est le premier robot qui travaille sur du vivant. Il doit être encore plus précis que les robots industriels. Et pour l'exploitant agricole, ça change tout. Plus besoin de se lever aux aurores et de passer trois heures à la traite. Tout est automatique.

Des drones pour scruter les champs

Dernière tendance, les drones qui survolent les champs. Là on parle d'agriculture des données. Et là encore, le quotidien de l'agriculteur est profondément chamboulé. Ces drones peuvent voir, mètre carré par mètre carré, quels sont les besoins des plantes. Des céréales plus précisément. Mieux, ils chargent eux-même les cartes sur les machines qui vont distribuer des engrais. Ce qui permet de réduire les quantités distribuées.

Il y a aussi le tracteur qui se conduit tout seul. L'agriculteur est dans la cabine mais il ne conduit pas, il surveille. La voiture sans chauffeur, on en rêve : elle existe déjà dans les champs.

Mais un secteur qui peine à recruter

Chaque année, 12 000 emplois salariés ne trouvent pourtant pas preneur dans le secteur agricole. On manque de jeunes à former. Ils ne sont pas attirés par le secteur. Et pourtant 93% de ceux qui sortent des filières agricoles trouvent un emploi pérenne au bout de six mois. Juriste agricole, technico-commercial, pépiniériste ou aquaculteur : il y a cent métiers liés à l'agriculture. Ils recrutent, même si le monde agricole a perdu la moitié de ses effectifs en 25 ans.

En bref

Le palmarès des formations les plus demandées. Et pour une fois, ce ne sont pas les langues. C'est la première fois que le baromètre de la formation professionnelle est ainsi chamboulé. En tête du classement, ce sont désormais les formations à la sécurité-qualité, suivies du développement personnel, selon  un palmarès  tiré du baromètre de la Formation professionnelle.

Vous êtes à nouveau en ligne