C'est mon boulot. La journée où tout le monde amène ses enfants au travail

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Plusieurs centaines de sociétés organisent mercredi la Journée de la famille en entreprise. L'idée est d'amener ses enfants au bureau afin qu'ils comprennent mieux votre travail et pour que votre chef comprenne mieux pourquoi vous avez besoin de rentrer tôt le soir.

Et si on amenait, tous ensemble, nos enfants au bureau ? Mercredi 7 juin est organisée dans plusieurs centaines de sociétés la Journée de la famille en entreprise. L'idée : que tout le monde amène ses enfants au bureau pour qu'ils comprennent mieux votre travail et aussi pour que votre chef comprenne mieux pourquoi vous avez besoin de rentrer tôt le soir.

L'Observatoire de la parentalité en entreprise, un organisme qui promeut l'équilibre des temps entre vie privée en vie professionnelle, a lancé il y a neuf ans l'initiative qui, depuis, a fait son chemin. Environ 300 grandes entreprises l'ont adoptée. Et aujourd'hui, dans une grande banque, c'est carrément une semaine qui est consacrée à la parentalité. Cela va bien au-delà de l'organisation d'un goûter et la visite de l'open space, ses ordinateurs, ses bureaux, ses lampes de bureaux, ses salles de réunion.

Des échanges nécessaires

Dans cette entreprise du CAC40, il y a des débats et des tables rondes sur la "discipline positive", ou comment bien élever ses enfants, sur l'accompagnement des devoirs, la place des grands parents, les risques liés à internet et même sur le fait d'être les parents d'enfants homosexuels. Ailleurs, dans une grande société de conseil informatique, on apprend aux 8-14 ans à écrire leurs premières lignes de code, comme papa ou maman.

Pour les enfants, c'est très important parce que le travail des parents est souvent un lieu mystérieux. Tout le monde va "au bureau", certains enfants imaginent que c'est un seul et même lieu étrange, qui prend leur papa et leur maman. Plus tard, le travail des parents reste angoissant : plus de deux adolescents sur trois qualifient le travail de leurs parents de stressant et fatigant.

Pour les parents, l'intérêt est multiple. Cela permet d'abord de tisser de nouveaux liens avec des collègues qui ont des enfants du même âge et avec qui on ne parle pas d'habitude. C'est aussi l'occasion de montrer à sa hiérarchie qu'on est aussi des parents. Voilà, en chair et en os, pourquoi on peut être préoccupé dans une journée de travail, pourquoi on ne peut pas accepter une réunion à 18h30, pourquoi on ne peut pas répondre à ses mails le weekend...

En bref

La réunionite fait encore des dégats. À peine plus de la moitié des réunions sont considérées comme productives par ceux qui y participent. Selon un sondage Opinionway pour le cabinet Empreinte Humaine, un salarié sur quatre ne voient pas la nécessité de leur présence en réunion, mais les trois-quarts n'ont pas la possibilité de décliner l'invitation. Résultat, près d'un sur deux utilisent leur smartphone ou leur ordinateur pour faire autre chose : consulter et envoyer des courriels, surfer sur internet, à peine un sur deux prend des notes sur la réunion.

Vous êtes à nouveau en ligne