C'est mon boulot. D'attachée de presse à naturopathe

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Tout l'été dans "C'est mon boulot" on s'intéresse à ceux qui ont changé de métier, changé de vie. Mercredi, Kaïna, qui a quitté Paris et son métier d'attaché de presse pour devenir naturopathe, à Marseille.

Après Sciences Po, un tour chez Médecins du monde à Londres, Kaïna débarque à Paris, dans le monde qui fait briller les yeux des attachés de presse. Un milieu qui la stimule, mais qui, très vite, lui semble manquer de sens : "J'étais sur une autoroute à vive allure et je marchais à côté de moi-même. Je ne le savais pas." Tellement à côté de la plaque qu'elle tombe malade. Une maladie de la thyroïde, auto-immune.

Mais elle préfère rester et se laisse aller à un certain conformisme : "Je ne vibrais pas. Je m'éteignais en fait. J'éteignais progressivement la petite flamme en moi. Quand on démarre, on est carriériste, on sort d'une école où on est plus ou moins formaté. On a signé son CDI, on est à Paris, on est content." Mais c'est en prenant soin d'elle que lui viendra l'idée de sa deuxième vie : "Cela a été la révélation, à l'époque je ne savais pas exactement ce qui se jouait."

J'ai senti en rencontrant une naturopathe et plus largement cette discipline qu'il se passait quelque chose.

Kaïna

à franceinfo

Ce sera donc la naturopathie, à laquelle elle se forme pendant deux ans, tout en touchant le chômage. Kaïna, la Nimoise, décide en même temps de retourner au soleil, à Marseille. Kaïna s'installe, elle tisse son réseau, elle en est à ses premiers pas. Pas le moment le plus facile : "Il faut savoir osciller entre la peur du démarrage et l'espoir, la confiance, parce qu'on se sent à sa place, parce que ce qu'on fait est juste et parce que les premiers retours de l'entourage sont positifs", conclut Kaïna.

Vous êtes à nouveau en ligne