C'est mon boulot : comment gagner des jours de congés en plus

"C'est mon boulot", tous les jours l'actualité du monde du travail.  Ce vendredi, à la fin de la première semaine de travail pour beaucoup de salariés, il faut expliquer comment, en toute légalité, s'octroyer plusieurs jours de congés en plus.

Les maillots sont rangés depuis longtemps, vous observez sûrement avec résignation s'estomper ce bronzage si durement gagné et vous scrutez déjà le calendrier pour savoir quand vous pourrez de nouveau vous octroyer quelques jours de repos. Et si vous êtes au régime légal, aux cinq semaines de congés par an, ça n'est pas pour tout de suite. Pour la prochaine fois, il y a quelques trucs à savoir, que connaissent par coeur les petits Mozart des congés payés - et il y en a dans toutes les entreprises de ces champions des vacances, qui savent comment mettre bout à bout ponts et RTT pour les transformer en vraies vacances.

La règle à connaître, c'est celle du fractionnement. Si vous n'avez que cinq semaines de vacances par an, vous avez le droit de poser 24 jours ouvrables, c'est-à-dire quatre semaines de vacances, dans ce que l'on appelle "la période de référence", entre le 1er mai et le 31 octobre. Quatre semaines de suite, ça repose, mais il y a mieux à faire. Vous avez tout intérêt à fractionner ce temps de repos. Parce que si vous fractionnez votre congé, vous vous voyez automatiquement attribuer des jours de congés supplémentaires, c'est la loi.

Ce "rab'" de vacances peut aller jusqu'à deux jours

Il faut pour cela que vous ayez gardé au moins six jours de vacances, que vous prendrez en dehors de la période de référence qui court, on le rappelle encore une fois, entre le 1er mai et le 31 octobre. Et si vous n'avez qu'un reliquat de trois à cinq jours, vous gagnez un jour. Mais attention, il y a un minimum : vous devez quand même poser au moins douze ouvrables jours de suite, encadrés par un jour de repos comme le dimanche, dans la période de référence.

L'employeur ne peut pas refuser ces jours de congé en plus 

Il serait passible d'une contravention de cinquième classe. A noter aussi que la règle s'applique aux salariés embauchés en cours d'année qui n'ont pas encore accumulé leurs 24 jours de congés légaux. Et que si vous revenez d'un congé maladie ou maternité et que ça vous a empêché de prendre vos vacances de mai à octobre, vous bénéficiez de ces jours supplémentaires si vous posez vos vacances en dehors de cette période de référence.