C'est mon boulot. Au travail, les malades du psoriasis discriminés

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

1,5 million de Français sont victimes du psoriasis. Une étude publiée lundi révèle qu'au travail, ces malades sont discriminés. Moqueries, blocages, risques de chômage : les personnes atteintes se disent victimes d'idées reçues fausses sur leur maladie.

Le psoriasis passe mal dans le monde du travail, où les apparences sont reines. Et les salariés atteints de psoriasis sont discriminés. C'est ce qui apparait dans une enquête  parue lundi 9 octobre. Tout comme le surpoids, l'âge ou le look sont des sources de discriminations très bien étudiées, cette maladie de peau a des conséquences lourdes dans le monde professionnel. Roberte Aubert, présidente de l'association France psoriasis :"Quand on se présente en tant que professionnel ou en tant que demandeur d'emploi, si on a un psoriasis qui se voit, si on en a sur le visage, les mains ou dans le cou, ça se voit. L'interlocuteur voit d'abord quelqu'un qui a du psoriasis avec toutes les suspicions désobligeantes qui mettent en cause l'individu : ça peut être perçu comme un déficit d'hygiène ou, ce qui nous gêne encore plus, d'être beaucoup plus stressés que les autres."

Trois quart des personnes atteintes ont été victimes de moquerie

Des soupçons qui ont de lourdes conséquences puisque d'après le sondage publié ce matin par France Psoriasis et Celgene : 38% des actifs atteints par la maladie déclarent avoir connu un blocage de carrière. Cela va d'ailleurs jusqu'au chômage. Puisque les malades du psoriasis sont trois fois plus nombreux que les autres à avoir connu le chômage pendant de courtes périodes, de un à trois mois. La moitié des malades estiment que la sécurité de leur emploi est menacée. C'est 20 points de plus que la moyenne nationale.

Près des trois-quarts des malades ont déjà subi des moqueries sur leur lieu de travail. Et les deux-tiers d'entre eux des soupçons sur leur hygiène. Roberte Aubert, la présidente de France psoriasis, qui est atteinte notamment au niveau des mains, raconte que les parents d'élève qu'elle recevait refusaient souvent de lui serrer la main, une situation qu'elle vivait très mal. Et pourtant les personnes atteintes de psoriasis sont bien plus impliqués que les autres dans leur travail. C'est un aspect étonnant de cette enquête : pour eux le travail est plus important que tout le reste. Ils sont 28 % à le penser, contre seulement 8 % dans le reste de la population.

Enquête sur la psoriasis et le monde du travail.
Enquête sur la psoriasis et le monde du travail. (Association France psoriasis - Celgene)

En bref

Pour la plupart des dirigeants, manager ça ne s'apprend pas. 74 % des managers interrogés par l'Anact, l'Agence pour l'amélioration des conditions de travail, estiment en effet le management est avant tout une question de personnalité et que ça ne s'apprend pas.

Vous êtes à nouveau en ligne