Bientôt des espaces de travail dans 21 gares d'Ile-de-France

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

EXCLUSIF | La SNCF va ouvrir des espaces de travail dans 21 gares d'Ile-de-France. Des bureaux destinés aux salariés qui habitent trop loin de leur entreprise. Objectif : désengorger les trains aux heures de pointe.

Un million de Franciliens de la "grande couronne", Seine-et-Marne, Yvelines, Essonne et Val-d'Oise, vont chaque jour travailler à Paris et dans les départements limitrophes. La moitié prend la voiture, l'autre le train. C'est à ceux-là que la SNCF va adresser son offre baptisée Work and Station. Des espaces de bureau d'environ 1.000 mètres carrés chacun, construits au-dessus des parkings des gares. On y trouvera des "open space" bien insonorisés et agréable, des bureaux fermés et des salles de réunion avec visio-conférence qui seront construits au-dessus des parkings, en les couvrant pour ne pas supprimer des places de stationnement.  

La clientèle visée ce sont des salariés qui doivent faire chaque jour deux heures de trajet et qui pourraient utiliser ces nouveaux bureaux un à deux jour par semaine, avec l'accord de leur entreprise. Le premier espace de bureau ouvrira début 2017, mais dès le 18 juillet la SNCF proposera de réserver des places de bureaux dans des espaces de travail existants en Ile-de-France.

 

Une formule lancée en test dès cet été

La SNCF va démarrer sa formule dès le 18 juillet. A Maisons-Laffite, Cergy Préfecture, Montigny-le-Bretonneux, Alfortville, Noisy-le-Grand et Montereau, elle va préempter des espaces de travail pour ses clients. On pourra réserver sa place via le système de réservation Work and Station comme on prendrait un billet de train. 

Le succès d'une telle opération dépendra de la bonne volonté des entreprises, qui accepteront ou non que leurs salariés aillent travailler dans ces tiers-lieux. Et de ce point de vue là, ça part plutôt bien. Un club de sept très grandes entreprises s'est formé. Il s'agit de Dalkia, La Poste, Schneider Electric, Véolia Environnement, Cisco, Crédit Coopératif et Engie, plus SNCF bien sûr. Elles se sont engagées à proposer la formule à leurs milliers de salariés. Ca ne va peut-être pas avoir tout de suite un effet spectaculaire sur les trains aux heures de pointe, mais c'est un bon début.

Vous êtes à nouveau en ligne