Amélioration des process, bonnes pratiques, conditions de travail... Une appli permet de donner la parole aux salariés

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Une start-up française lance une application qui permet d'organiser la prise de parole et de voter sur tous les domaines d'activité.

La loi Pacte, qui est discutée en ce moment à l'Assemblée nationale, vise notamment à mieux faire participer les salariés à la vie de l'entreprise. Une start-up française vient justement de lancer une application qui permet aux collaborateurs de faire des suggestions pour améliorer leur vie quotidienne. C'est un peu l'ubérisation du référendum d'entreprise, pourtant tout neuf – il a été instauré en décembre dernier. Une appli qui, si elle est adoptée par l'entreprise, permet d'organiser la prise de parole, les points de vue, les suggestions de la part des salariés. La start-up française qui est à l'origine s'était spécialisée dans le débat citoyen. La solution, qui s'appelle Stig, a désormais sa version spéciale entreprise, Stig Pro.

Un algorithme pour faire la synthèse

Le principe : on propose des idées, on vote pour des propositions qui sont émises, ou on les enrichit.  Pour éviter les insultes et les propositions fantaisistes, tout cela se fait à visage découvert. L'algorithme fait émerger les idées plébiscitées et permet de dégager la volonté générale. Ça peut concerner tous les domaines de la vie de l'entreprise : l'amélioration des process, celle des produits, les bonnes pratiques, les conditions de travail... Une entreprise a par exemple résolu un problème d'éclairage qui irritait les salariés.

C'est d'autant plus utile quand l'entreprise est située sur plusieurs sites. Et ça évite que les bonnes suggestions émises en réunion ne s'envolent.

Un pas vers la gouvernance collective

On peut se poser la question : est-ce que ça ne risque pas de remettre en cause le pouvoir de direction de l'entreprise ? En dix ans seulement, l'engagement des salariés français au travail s'est nettement dégradé. Selon le dernier baromètre Malakoff Médéric, moins d'un tiers des répondants se déclarent très engagés envers leur travail contre 41% en 2009. Impliquer les salariés dans le processus de décision, leur donner la parole pour améliorer le fonctionnement de leur entreprise, leur permettre d'agir sur ce qu'ils connaissent mieux que personne : leur travail, c'est s'assurer de leur motivation. Cette appli n'est qu'un signal faible, une initiative modeste, mais elle est pile dans la tendance de décloisonnement, d'intelligence collective, qui permet de gagner en compétivité. Et de fidéliser les salariés.

Vous êtes à nouveau en ligne