82% des salariés préfèrent consulter leur médecin traitant pour un problème lié au travail, selon un sondage

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Selon ce sondage, près de 60% des salariés voient le médecin du travail comme un service de contrôle des conditions de travail.

Les salariés français sont-ils fâchés avec leur médecin du travail ? Oui, sans aucun doute, selon un sondage qui sort lundi 3 juin, et qui dit clairement que les travailleurs se méfient de cet interlocuteur.

Les résultats sont sans appel. Quand on leur demande qui ils veulent consulter s'ils souffrent d'un mal lié à leur travail, c'est sans hésiter vers leur médecin traitant qu'ils se dirigent. Ils sont 82% des actifs à faire ce choix, contre 17% qui iraient voir le médecin du travail lié à leur entreprise. Un sondage réalisé par Odoxa sur un assez faible échantillon, 629 actifs, mais qui est très sévère pour la médecine du travail. Et qui ne surprend pas Hervé Rabec, directeur général de l'association Service aux entreprises pour la santé au travail : "Nous ne sommes pas là pour pister ce qui ne va pas, le dire, écrire des courriers recommandés. On est vraiment là pour apporter du conseil et de l'aide. Je craignais qu'on ne soit pas identifiés comme tel et malheureusement le sondage vient le dire de façon assez éloquente".

"Les salariés pensent qu'on est du côté de l'employeur"

Selon ce sondage, près de 60% des salariés voient le médecin du travail comme un service de contrôle des conditions de travail. C'est encore plus vrai chez les ouvriers, chez qui la méfiance est la plus grande. Du coup, les médecins du travail se sentent pris en tenaille, estime Hervé Rabec :"L'employeur nous catalogue souvent comme l'adjoint de l'inspection du travail, qui va lui dire que ça ne va pas, qu'il va falloir faire des choses qui vont coûter cher, qu'on va être le porte-parole de salariés qui viennent se plaindre. Les salariés pensent qu'on est du côté de l'employeur, qu'on va faire une restriction d'aptitude qui peut conduire à un licenciement, et du coup cette zone grise dans laquelle on est fait qu'on n'a pas suffisamment la confiance des uns et des autres".

Le médecin du travail est au cœur d'un paradoxe

Indépendant, en tant que médecin, il est aussi subordonné à son employeur, en tant que salarié. Pourtant, le directeur général de cette association insiste sur la confidentialité des entretiens : "Quand un salarié demande à voir le médecin du travail, la visite n'est même pas enregistrée informatiquement, elle est soustraite à la connaissance de son employeur. Il y a le souci de préserver ce lieu comme un lieu de confiance," estime Hervé Rabec.

Le directeur général de l'association Service aux entreprises pour la santé au travail plaide pour que les salariés n'hésitent pas à consulter le service de santé au travail, par exemple pour connaître les risques que l'on encoure dans son métier, et que l'on s'en préserve le plus tôt possible.

Vous êtes à nouveau en ligne