60% des Français voudraient travailler quatre jours par semaine, selon un sondage

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Les travailleurs préféreraient des journées plus concentrées pour libérer un jour libre de plus par semaine.

Pour beaucoup, avec le jeudi de l'Ascension, la semaine ne va faire que quatre, voire trois jours. Sans attendre les ponts du mois de mai, certaines entreprises ont décidé de concentrer le travail sur quatre jours seulement.

Et un sondage montre que la solution a peut-être de l'avenir. Plus de la moitié des travailleurs français seraient favorables à une semaine de quatre jours seulement. 60% d'entre eux, selon un sondage mené par l'éditeur de paye ADP. Mais attention : quatre jours qui concentreraient l'essentiel du travail de la semaine, c'est à dire que les personnes interrogées sont prêtes à travailler plus pendant quatre jours pour être libre le cinquième et conserver le même salaire. 17% seulement des sondés seraient d'accord pour passer au temps partiel, au quatre-cinquième, avec diminution de salaire.

Une idée plébiscitée en Europe

C'est surtout à la moitié de la carrière, entre 35 et 44 ans, que cette idée de concentration du travail de la semaine sans diminution de salaire est la plus populaire. L'enquête a été menée dans d'autres pays d'Europe. L'idée de la semaine concentrée y est très populaire. En Espagne, au Royaume-Uni, aux Pays-Bas, elle recueille même encore plus de suffrages qu'en France. Aux Pays-Bas, par exemple, les Hollandais travaillent en moyenne 30 heures par semaine. Le temps partiel y est beaucoup plus répandu que chez nous, y compris – c'est très différent – pour des postes à forte responsabilité. Le temps partiel n'est pas synonyme de travail peu qualifié. Et ça n'empêche pas les Hollandais de se classer en huitième position des pays les plus productifs.

Certaines entreprises pratiquent la semaine de quatre jours seulement une partie de l'année. La tendance nous vient des Etats-Unis. L'entreprise Basecamp, située dans le Colorado, pratique la semaine de quatre jours du 1er mai au 31 août. Pour profiter des beaux jours. Et ça n'est pas 40 heures de travail pendant quatre jours, mais bien 32 heures, huit fois quatre heures. Ils rattrapent le reste de l'année.

Une entreprise française s'en est inspiré. Ils s'agit de l'entreprise toulonnaise Je porte mon bébé (JPMBB). De mai à fin août on n'y travaille que quatre jours, payés cinq. Pour le co-fondateur, Olivier Sales, le succès de l'opération repose sur une grande capacité d'organisation, de motivation et d'autonomie. Et sur des outils de gestion qui permettent aux employés d'être déchargés des tâches fastidieuses.

Même chose chez Yprema, spécialisée dans le développement durable. 80% des salariés font leurs 35 heures en quatre jours. Ce sont les salariés eux-mêmes qui choisissent leur troisième jour de congé. Il a fallu mettre en place des binômes ou des trinômes pour que les dossiers soient toujours suivis par quelqu'un mais ça marche, depuis plus de vingt ans maintenant.

Vous êtes à nouveau en ligne