300 inspecteurs du travail vont être recrutés sur trois ans en France

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le ministère du Travail recrute des inspecteurs du travail. 120 personnes seront embauchées cette année. On recherche des profils nouveaux, pour renouveler une profession en crise depuis de nombreuses années.

C'est maintenant qu'il faut postuler si l'on veut devenir inspecteur du travail : on peut s'inscrire jusqu'à la fin du mois au concours qui se tiendra au mois de juin. 300 nouveaux inspecteurs du travail seront recrutés sur trois ans. Cette année est celle des plus gros recrutements, avec 120 postes ouverts.

Grande nouveauté : il n'y a plus de limite d'âge pour passer le concours. Quant aux profils recherchés, il s'agit d'ouvrir grand les fenêtres. Toute personne avec plus de huit ans d'expérience professionnelle peut postuler, ou huit ans de mandat syndical. Priorité est donnée à ceux qui connaissent bien le monde du travail, ses rouages, ses relations sociales. Ils embarqueront pour une formation rémunérée, en alternance de 18 mois dans la banlieue lyonnaise.

Les profils recherchés ont été élargis

Un métier qui est en pleine mutation, pour ne pas dire en pleine crise, parce que les inspecteurs du travail ont un statut à part. Leur indépendance est garantie par l'Organisation internationale du travail (OIT). Ils avaient le statut de fonctionnaire A+. et deux contrôleurs et une secrétaire qui travaillaient pour eux. En 2012, une réforme a bouleversé la donne. Les contrôleurs, leurs subalternes, les ont rejoint dans une nouvelle catégorie, celle des "agents de contrôle de l'inspection du travail". Et ils ont été chapeautés par des responsables d'unités de contrôle.

Depuis, le malaise persiste. Pourtant, ils sont très sollicités. Ils sont 2 000, ils ont la responsabilité de 80 000 salariés chacun et depuis le début de la crise sanitaire, en effet, ils n'ont pas chômé. Ils sont intervenus 64 000 fois et ont distribué 400 mises en demeure à des entreprises qui ne respectaient pas le protocole sanitaire.

Leur rôle ne se limite pas à de la répression, et c'est pour ça que le ministère du Travail a élargi le profil des candidats recherchés. On mise désormais davantage sur le dialogue que sur la répression. On recherche donc des qualités comme un bon relationnel, le sens de l'écoute, de l'observation, de la pédagogie, le sens du compromis. C'est pour cela aussi que le concours a été modifié. Le nombre d'épreuves a été réduit et les matières qui pouvaient bloquer, basées sur les sciences dures, sont devenues optionnelles.

Vous êtes à nouveau en ligne