C'est mon argent. Le crédit immobilier est-il toujours aussi bon marché ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Les taux restent bas en 2018 et on peut profiter de conditions exceptionnelles pour financer son achat immobilier en se servant de l’effet de levier du crédit. 

Le crédit immobilier en ce début d’année reste toujours aussi bon marché. En ce moment vous pouvez encore profiter de conditions exceptionnelles pour financer votre achat immobilier en vous servant de l’effet de levier du crédit.

Regardons les tarifs de janvier des gros courtiers en crédit. Les courtiers négocient les tarifs pour les particuliers auprès de leurs banques partenaires. Début janvier, on se rend compte que dans l’ensemble les taux n’ont pas bougé d’un cil ! Pour un prêt à taux fixe, on peut vous proposer du 1,40% sur 15 ans, 1,62% sur 20 ans et 1,85% sur 25 ans. Ce sont les derniers chiffres de meilleurtaux.com. Attention, ces taux moyens ne prennent pas en compte l’assurance emprunteur. En général, il faut rajouter grosso modo entre 0,30 et 0,60 à ces taux.

Des taux encore plus avantageux pour les excellents dossiers

On peut obtenir encore mieux. C’est le cas pour ce qu’on appelle les excellents dossiers qui ne sont pas forcément les emprunteurs les plus riches et âgés, mais par exemple des jeunes qui ont du potentiel. Ces chouchous des banques réussissent à décrocher encore des rabais de 0,15 à 0,20% par rapport aux taux actuels des banques.

Le courtier emprunt-direct.com donne l’exemple d’une grande banque nationale qui a choisi de baisser ses taux pour les meilleurs dossiers. Revers de la médaille, elle a relevé ses taux pour le reste des emprunteurs.

Cette période ultra clémente pour le crédit va-t-elle encore durer longtemps ? Il n’y a pas de raison pour l’instant que les taux remontent. La Banque centrale européenne ne va pas à court terme relever ses taux directeurs. C’est un des critères que surveillent les banques. Mais il n’y a pas que ça. Les banques sont en compétition et pour gagner des clients, elles peuvent continuer à accorder des taux de crédit immobilier très bas, quitte à rogner leurs marges.

La possibilité de changer chaque année de contrat d’assurance-emprunteur peut, en ricochet, faire grimper les taux. Depuis le 1er janvier, on peut changer de contrats d’assurance-emprunteur, à chaque date anniversaire du contrat. Et ce même pour des contrats anciens. Pour la banque qui a accordé le prêt et va perdre son client, ça veut dire moins de revenus récurrents.

En cas de résiliation massive de l’assurance, les banques pourraient se rattraper en durcissant leurs conditions de crédit. Pour l’instant, elles ne bougent pas. Mais c’est un point qui reste à surveiller.

Vous êtes à nouveau en ligne