C'est ma santé. Le variant anglais du coronavirus est présent dans plusieurs zones du territoire

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Dans "C'est ma santé", on s'intéresse aujourd'hui au variant anglais du Covid-19.

On retrouve Jean-Paul Hamon, médecin généraliste à Clamart et président d'honneur de la Fédération des médecins de France,  pour évoquer ce variant anglais du Covid-19 qui inquiète toute la planète.

franceinfo : Est-ce que l'un de vos patients a déjà été contaminé par ce variant ? Est ce que vous savez de quelle souche il s'agit, quand un patient arrive avec un test positif ? 

Jean-Paul Hamon : Non, nous, on ne sait pas encore. Mais bon, c'est qu'il y a environ 1 000 cas de PCR avec le variant en anglais. Incontestablement, ce variant anglais est sur le territoire français

Ce variant anglais, implanté finalement en France, ce qu'il faut maintenant, c'est le ralentir. On ne peut plus l'empêcher, mais il faut ralentir sa propagation ?

On ne peut pas l'empêcher d'arriver. Il est déjà là, mais par contre, il faut absolument empêcher qu'il arrive massivement en France. Ce qui me tracasse un peu, c'est que l'on laisse quand même rentrer les gens qui viennent du Royaume-Uni avec un simple test PCR négatif de moins de 3 jours. Or, si on veut limiter son arrivée sur le territoire, ce serait quand même plus raisonnable d'imposer aux gens qui arrivent d'Angleterre un confinement de 7 jours, et de ne les laisser sortir de ce confinement qu'avec un test PCR négatif.

C'est-à-dire qu'ils vont à l'hôtel ou ils restent chez eux, quand ils rentrent en France pendant 7 ou ou 15 jours ?

Au moins 7 jours avec un test PCR négatif pour pouvoir sortir de leur confinement, parce que les Français qui arrivent en Angleterre, on leur impose un test PCR payant et un confinement de 5 jours. Ou alors, s'ils refusent de payer le test PCR, un isolement de 10 jours. Donc on ne comprend pas très bien pourquoi la France n'impose pas aux gens qui arrivent de Royaume-Uni la même chose.

Ce variant anglais du Covid-19, est-ce qu'il faut s'en inquiéter ? On dit qu'il est finalement juste plus contagieux, pas plus dangereux, mais plus contagieux ?  

Oui, c'est ça, c'est ce qu'on dit. C'est-à-dire que non seulement il est plus contagieux, mais en même temps, les vaccins existants seraient efficaces contre ce variant. Il semblerait qu'il y ait un autre variant qui existe au Japon, qui ne serait peut-être pas aussi complaisant avec le vaccin, avec les vaccins qu'on a, mais ça, c'est une autre histoire...

Vous êtes à nouveau en ligne