C'est ma santé. Le classement des opérations chirurgicales selon les départements

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le ministère de la Santé vient de publier un Atlas intéressant : il liste la fréquence des opérations chirurgicales selon les départements. C'est une première.

Lister les opérations chirurgicales par département,  cela n'avait jamais été fait en France. L'étude menée par le ministère de la Santé porte sur dix opérations qui ont été choisies selon plusieurs critères : celles qui sont pratiquées le plus souvent, celles qui sont en très forte augmentation ou celles dont la fréquence est très différente d'un département à l'autre. Au final, l'étude liste des opérations qui concernent beaucoup de personnes : amygdales, appendicite, césarienne, prostate, genou, chirurgie de l'obésité,  pour n'en citer que quelques-unes.

L'appendicite opérée quatre fois plus dans la Nièvre qu'en Martinique 

Le syndrome du canal carpien est dû à la compression d'un nerf qui provoque des fourmillements et parfois des douleurs intenses dans le pouce, l'index et le majeur. Ce syndrome apparaît souvent chez des femmes avant la ménopause et chez des personnes qui font des gestes répétés comme un musicien ou un ouvrier manuel. Plus de 140 000 personnes sont opérées chaque année. Cette intervention est cinq à six fois plus fréquente dans la Meuse qu'à la Réunion.

De fortes différences apparaissent aussi pour les opérations de l'appendicite. On y recourt quatre fois plus dans la Nièvre qu'en Martinique. Mais ce qui est le plus frappant pour cette opération, c'est qu'elle est en très forte diminution : il y a 30 ans, environ 300 000 personnes étaient opérées de l'appendicite chaque année, aujourd'hui on est tombé à moins de 80 000.

Le traitement chirurgical de l'obésité en forte progression

Près de 50 000 personnes ont été opérées en 2014. Le chiffre a presque doublé en quatre ans. Et certains départements sont très au-dessus de la moyenne nationale pour cette chirurgie : la Haute-Corse, l'Yonne, l'Aube, l'Oise. Curieusement, ils ne correspondent pas aux zones où l'obésité est la plus fréquente. 

La pose d'une prothèse du genou progresse aussi beaucoup. Près de 100 000 personnes ont été opérées en 2014, soit une augmentation de 29 % en 4 ans. L'obésité pourrait expliquer en partie cette tendance mais certains médecins pousseraient aussi vers cette chirurgie. On pose le plus de prothèses dans le Bas-Rhin, et le moins dans les départements d'Outre-Mer.

La chirurgie de la tumeur bénigne de la prostate est, elle aussi, en nette progression. Cette opération est proposée quand l'augmentation du volume de la prostate provoque des troubles urinaires. Elle concerne 70 000 français par an, un chiffre en augmentation de 14 % en quatre ans. On peut avancer deux explications : le vieillissement de la population mais aussi l'amélioration des techniques chirurgicales avec le laser. C'est en Savoie que l'on opère le plus de la prostate, et c'est en Ariège que cette opération est la moins pratiquée.

Vous êtes à nouveau en ligne