C'est ma santé. De plus en plus d'adeptes à l'automédication

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Huit français sur dix ont pratiqué au moins une fois l'automédication. Cela évite une consultation pour les petits ennuis de santé.

Nous sommes de plus en plus nombreux à faire appel à l'automédication. Selon plusieurs enquêtes, 80% des Français se sont, un jour ou l'autre, soignés par ce procédé.

Les Français pensent qu'il n'est pas utile d'aller chez le médecin pour soigner des petits problèmes de santé comme un mal à la tête, un rhume, une toux ou un peu de fièvre. Et pour cette automédication, soit nous achetons des médicaments sans ordonnance en pharmacie, soit nous prenons des médicaments dans notre armoire à pharmacie. Cette dernière est plutôt bien garnie : un tiers des français ont plus de 10 médicaments différents chez eux.

Mais la France reste en queue de peloton des pays européens : dans notre pays la part d'automédication par rapport à tous les médicaments vendus s'élève à 15%, on est très loin des 58% de la Grande-Bretagne ou des 41% de la Suéde. Seules l'Espagne et l'Italie font moins bien. 

Les femmes sont plus nombreuses que les hommes

Quand on regarde les catégories sociales ou les âges il n'y a pas vraiment de surprises : les trentenaires et les cadres supérieurs utilisent souvent l'automédication, les plus timorés sont les plus de 70 ans et les personnes qui ont des bas revenus.

Qu'est-ce qui nous pousse à nous soigner par automédication ? La plupart du temps c'est parce que nous souffrons d'un problème de santé bénin pour lequel nous connaissons le traitement. Viennent ensuite des raisons d'ordre pratique : un manque de temps pour aller voir son médecin, le souhait d'économiser le prix de la consultation ou encore le désir d'éviter des dépenses inutiles à l'Assurance maladie. Les médecins généralistes estiment que 16% de leurs consultations pourraient être évitées et traitées simplement par automédication.

On tousse, donc....

La première catégorie qui arrive largement en tête concerne les médicaments qui soulagent les infections des voies respiratoires. Ensuite, tous les traitements destinés à lutter contre la douleur. Sur la troisième marche du podium, arrivent les médicaments pour soulager les problèmes digestifs, dont les ventes ont bondi de 11% l'an dernier. La dernière épidémie de gastro-entérite en décembre a d'ailleurs illustré le réflexe automédication des patients, puisque les pharmacies françaises ont vu leur fréquentation augmenter de 21% au mois de décembre par rapport à la moyenne de l'année.

Mais attention si vous êtes un adepte de l'automédication. Si, après avoir pris un médicament, vous faites une réaction qui vous semble anormale, n'hésitez pas à appeler votre médecin.

Vous êtes à nouveau en ligne