C'est ma planète. La chasse toujours au coeur du débat politique

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Alors qu'il n'y a qu'un million de chasseurs en France, le gouvernement s'apprête à leur faire un cadeau en divisant par deux le prix du permis de chasse. histoire d'attirer de nouveaux pratiquants. e qui n'est évidement pas du gout des défenseurs des animaux.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Le gouvernement s'apprête à faire un cadeau aux chasseurs en divisant par deux le prix du permis de chasse, histoire d'attirer de nouveaux pratiquants. Ce qui n'est évidement pas du gout des défenseurs des animaux. Alors qu'il n'y a qu'un million de chasseurs en France, le gouvernement s'apprête à leur faire un cadeau en divisant par deux le prix du permis de chasse. histoire d'attirer de nouveaux pratiquants. e qui n'est évidement pas du gout des défenseurs des animaux.

On peut imaginer que toutes les fondations Brigitte Bardot, 30 millions d'amis et associations de défense des animaux sauvages sont dépitées. Quand elles plaident pour un dimanche sans chasse, la Fédération organise un dimanche à la chasse !
Il n'y a peut-être qu'un million et 249 mille chasseurs qui valident leur permis par an mais en tout, cinq millions de personnes l'ont déjà demandée. Ce sont 80 000 sociétés de chasse réparties sur tout le territoire parfois même dans de toutes petites communes et après avoir été en constante diminution, depuis 10 ans, ils reprennent du poil de la bête avec de nouveaux apprentis chasseurs plutôt des garçons de moins de 20 ans et des femmes entre 20 et 30 ans. En 2016, ils étaient 37 099 à passer les épreuves techniques. La fédération nationale des chasseurs souhaiterait donc encourager ses nouveaux pratiquants en créant un permis unique de chasse à 200 euros.

Ce n'est pas tout à fait ce que propose le gouvernement...


Le permis de chasse nationale passerait de 400 à 200 euros. Or seulement 8% des chasseurs le demandent, la plupart sont des chasseurs départementaux voire régionaux. Certains s'inquiètent même de voir le prix du permis national baisser mais leur permis locaux augmenter. Pour l'instant des discussions sont en cours. Mais les chasseurs sont à l'affut. Lors de leur dernier congrès ils avaient fait une liste de souhaits comme celui de pouvoir utiliser des silencieux ou des dérogations pour allonger la période de chasse à l'oie mais cette dernière demande a reçu une fin de non-recevoir par le ministre de l'environnement Nicolas Hulot. Déstabilisés par sa nomination la Fédération de chasse est aujourd'hui rassurée par Emmanuel Macron qui en bon picard connait le poids de la chasse et assume même un retour en grâce des chasses présidentielles.

Les chasseurs se présentent comme des défenseurs de l'environnement

Les chasseurs peuvent parfois s'allier avec des associations environnementales dont ils partagent le combat comme pour pousser le vote de l’interdiction des pesticides néonicotinoides au parlement en 2016. Ils dénoncent aussi certaines pratiques agricoles responsables pour eux de la disparition du petit gibier d'eau. Ils sont aussi souvent dans la nature et leurs observations apportent des inventaires sur la faune chassable ou sur les dépôts sauvages de déchets utiles aussi à tous ceux qui cherchent à mieux connaitre et préserver la nature. Mais bien sûr il sera difficile de les réconcilier avec ceux qui luttent contre la souffrance animale.

Vous êtes à nouveau en ligne