C'est ma planète. Il fait trop chaud sur la banquise !

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Records de température sur l'archipel du Spitzberg en Norvège cette année. La banquise et le permafrost fondent avec de lourdes conséquences pour l'écosystème.

Avec les records de température qu'a connu l'archipel du Spitzberg cette année, la banquise et le permafrost fondent et cela a de lourdes conséquences pour l'écosystème.

Aujourd'hui, il fait - 8° C mais l'Arctique a vécu un hiver plutôt court puisque mi-novembre il faisait à peine -5° C au lieu des -25° C de rigueur. Résultat : le permafrost, ce sol qui reste en permanence gelé fond. La preuve en est qu'au Spitzberg, près de la ville de Longyearbyen, la réserve à graines a des fuites. Il s'agit d'une sorte d'Arche de Noé végétale. Dans la montagne, un tunnel a été percé dans le permafrost pour servir de chambre froide et conserver plus de quatre millions et demi de graines du monde entier. Cette réserve existe depuis 2008 et avait déjà servi il y a deux ans quand les collections de graines du centre de recherche agricole dans les zones arides avaient été bombarbées à Alep en Syrie. Grâce à son partenariat avec la réserve du Spitzberg, l'institut a récupéré des doubles de ces grains d'orges, de blés notamment pour relancer des recherches et des plantations au Liban et au Maroc.

Le congélateur est en panne

Les chercheurs norvégiens pensaient leur précieux trésor à l'abri dans les glaces de l'Arctique lorsqu'ils en ont eu l'idée au début des années 2000. Jamais, ils n'avaient imaginé que le permafrost fondrait si vite. Ils ont constaté des fuites d'eau dans la réserve cette automne. Heureusement, les graines n'ont pas été endommagées mais la Norvège réfléchit aujourd'hui à des protections supplémentaires pour garder la température optimum de -18° C dans son frigo à graine. Imaginez : il va falloir installer une climatisation au pôle Nord !

Le régime alimentaire des ours polaires change

Les scientifiques le voient bien l'Arctique est une des zones du globe qui subit le plus rapidement les effets du changement climatique. Même cet hiver alors que la banquise est généralement épaisse et plus étendue que l'été. Cette année, elle avait atteint son niveau le plus bas depuis 38 ans, depuis que les mesures par sattelite existent. La banquise sert d'habitat aux ours polaires qui vont y chasser les phoques. Mais faute de banquise, ils se rapprochent des terres et ils ont trouvé une autre forme de nourriture: les oeufs des oies sauvages qui nichent et pondent au sol sur l'archipel. Selon les vidéos d'un scientifique hollandais, en quelques minutes, un ours peut manger jusqu'a 2 500 oeufs.

Non seulement cela change son régime alimentaire et le prépare moins bien au froid mais cela décime les oiseaux et avec eux tout l'écosystème arctique.

Vous êtes à nouveau en ligne