Libre-échange UE - USA : les négociations approchent

Le 14 juin, les 27 ministres du Commerce définiront le mandat avec lequel la Commission européenne pourra négocier un marché de libre-échange avec les États-Unis. L'affaire est délicate car les pays-membres de l'UE ne sont pas tous d'accord sur l'étendue de ce mandat.

Si la sauvegarde de l'exception culturelle est généralement admise, la question de l'ouverture des marchés de la Défense divise en revanche les membres de l'UE. La France et la Grande-Bretagne souhaitent exclure de la négociation tout ce qui concerne les industries de Défense , l'Allemagne est sur une position inverse.

En France, on s'interroge sur l'Agriculture et tout ce qui touche à l'Alimentation . En effet, les États-Unis autorisent les OGM, le bœuf aux hormones, les poulets lavés dans des solutions de chlore, ce qui est interdit dans l'UE. L'ouverture des marchés remettra-t-elle en cause la réglementation européenne sur la Santé et le respect de l'Environnement ? Autre question : la Commission européenne acceptera-t-elle de multiplier les exclusions ?

Actuellement, le commerce entre les deux rives de l'Atlantique représente 455 milliards d'euros par an , soit environ 2 milliards par jour. Les États-Unis sont le premier client de l'UE. Et l'UE leur troisième fournisseur . Chaque année, les 27 enregistrent un excédent de 70 milliards d'euros : leurs exportations vers les USA sont plus importantes que leurs importations venant du sol américain.

L'économie transatlantique dans le Rapport Schuman sur l'Europe : L'état de l'Union 2013.

Pour en savoir plus sur la Politique commerciale de l'UE. 

Vous êtes à nouveau en ligne