Frais étudiants : de gros écarts entre pays de l'UE

A travers l'Europe, on observe de fortes différences dans le coût des études supérieures. Les écarts portent sur les frais d'inscription et les aides financières apportées aux étudiants. C'est ce que révèle une étude menée par Eurydice, le réseau européen d'information sur l'Education.

On se souvient des protestations des étudiants britanniques lorsqu'en 2010, leur gouvernement avait décidé d'augmenter les droits d'inscription à l'Université. Et c'est bien au Royaume-Uni (Angleterre) que ces droits sont les plus élevés : ils peuvent aller jusqu'à 10.000 euros pour une année. En contrepartie, les étudiants peuvent obtenir un prêt qu'ils rembourseront plus tard, lorsqu'ils occuperont un emploi bien rémunéré.

D'autres pays ont choisi au contraire de ne rien faire payer aux étudiants pour le premier cycle. Cette situation prévaut dans 7 pays et l'Ecosse. Et en Allemagne dans 14 des 16 Länder. Mais dans ces états-membre ou régions, les frais d'inscription pour le 2ème cycle (niveau maîtrise) seront souvent plus élevés que dans d'autres pays.

Autre différence de niveau : dans les pays de l'Est, un étudiant polonais paiera moins de 100 euros et un hongrois plus de 1.000 euros. Ils peuvent être soutenus par des bourses ou un accès aux prêts. Mais ces aides financières sont très variables selon les états-membres de l'UE.

 

Vous êtes à nouveau en ligne