C'est dans ma tête. Des jeux vidéo contre le décrochage scolaire ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Les jeux vidéo font peur aux parents. Ils craignent que leur enfant se désintéresse de l'école et se désocialise. Les jeux vidéo peuvent aussi servir à ramener à l'école les "décrocheurs scolaires". 

Les jeux vidéo sont souvent, on le sait, la hantise des parents, qui se plaignent qu’ils éloignent leurs enfants de la vie réelle et notamment de la scolarité. Or, une expérience qui vise à utiliser ces jeux pour ramener à l’école les "décrocheurs scolaires", vient de commencer à Bordeaux.  

Les jeux vidéo peuvent-ils être un outil efficace pour réconcilier des décrocheurs scolaires avec la scolarité ?         

Le choix des jeux vidéo est une idée intéressante, parce qu’elle permet d’inscrire l’école dans l’univers de jeunes qui ont souvent l’impression qu’elle se situe sur une planète à laquelle ils n’ont pas accès. Mais, en matière de décrochage scolaire, il n’y a pas de gadget miracle. Et un outil n’est efficace que s’il s’inscrit dans le cadre d’une prise en charge qui prend en compte les causes profondes du décrochage de chaque élève.          

Quelles peuvent être les causes d’un décrochage scolaire ?

Pour qu’un élève ait envie d’apprendre, il faut plusieurs choses. Il faut d’abord qu’il considère l’école comme une route qui mène quelque part. Et c’est un problème pour les enfants qui ont des parents et des grands-parents chômeurs, parce qu‘ils ont l’impression que l’école ne mène à rien.

Il faut ensuite que l’élève ait conscience de travailler pour construire son avenir, et ce n’est possible que si ses parents ont pour lui un projet de vie (c’est-à-dire le désir, profond qu’il fasse quelque chose de sa vie) et le soutiennent en permanence. Beaucoup d’enfants décrochent parce qu’ils n’ont pas ce soutien. Et puis il faut qu’il ait une "tête en état de marche", c’est-à-dire des capacités intellectuelles mobilisables.

Or ces capacités qui, on ne le dira jamais assez, existent chez tous les enfants, peuvent être bloquées par des problèmes familiaux, des problèmes psychologiques ou de mauvais apprentissages au début de leur vie scolaire. Le décrochage scolaire doit donc toujours être pris par les "deux bouts" de la pédagogie et de la psychologie. Ce qui permet d’ailleurs d’expliquer aux enfants les causes de leur échec, et de leur faire comprendre qu’ils ne sont pas les "nuls" qu’ils croient être.

Une application de jeu vidéo sur mobile.
Une application de jeu vidéo sur mobile. (DA QING / IMAGINECHINA)

Par rapport à tout cela, à quoi peuvent servir des jeux vidéo ?         

Le jeu vidéo peut être le support d’une relation entre un élève et une équipe d’enseignants, qui ont réfléchi à toutes les possibilités pédagogiques que cet outil peut offrir. Mais qui ont, surtout, un vrai désir que cet élève réussisse. Qui l’en pensent capable, et qui sont prêts à se battre pour qu’il y arrive ; c’est-à-dire à lui donner les points d’appui qui lui ont manqué, et qui vont l’aider à reprendre confiance en lui.

Un enseignant ou un éducateur ne peuvent pas remplacer des parents. Mais ils peuvent montrer à un élève que, même si pour ses parents sa scolarité ne comptait pas, pour la société, dont ils sont les représentants, elle compte. Et c’est cette idée, et le soutien qu’ils lui apportent, qui peuvent, en redonnant un sens à sa vie, ramener cet élève vers l’avenir, et donc vers l’école. Et si tout cela peut se faire avec des jeux vidéo alors vive les jeux vidéo !    

Vous êtes à nouveau en ligne