C'est comment ailleurs ? Le prélèvement à la source au Danemark

Au moment où le prélèvement à la source se précise pour l'impôt sur le revenu en France, comment fonctionne ce système au Danemark, le pays qui paie le plus d'impôts au monde ?  

Dans ce pays de 5,6 millions d’habitants, le prélèvement à la source est un véritable choc pour celui qui débarque de l'étranger. Car, quand la fiche de paie arrive en fin de mois, il n'est pas rare que la moitié, voire plus, du salaire brut soit directement prélevé. Le salaire net apparait alors comme un pauvre résidu. Mais les Danois sont habitués et sont même contents du système.

70, année de la bascule

Le prélèvement à la source existe sous sa forme actuelle  depuis janvier 1970. Le Danemark n'est toutefois pas pionnier en la matière puisque la Prusse avait lancé le prélèvement à la source dès 1811.

Quoi qu'il en soit, quand le prélèvement à la source a été annoncé au Danemark, beaucoup de dents ont grincé. Et le système a finalement été adopté en échange de l'abandon total d'une année de recettes fiscales. Les revenus de 1969, sur lesquels l'impôt aurait dû être payé en 1970, n'ont pas été imposés. Et le gouvernement a aussi fait une croix sur les impôts au titre de l'année 1968 qui n'avaient pas été payés au début de 1970.

Des taux d’imposition massue

Sur la fiche de paie, les pourcentages d'imposition oscillent généralement entre 40% et 60% du salaire, selon l’emploi du salarié.

Cela s’explique par le fait que l'impôt sur le revenu représente 55% des recettes fiscales du Danemark, contre 20% en France.   95% des Danois paient, alors que la moitié de foyers français ne paient pas d'impôt sur le revenu. Et pour être bien certain que les recettes soient fortes, au Danemark il n'existe pas de quotient familial ni de niches fiscales. Et l’on n’évoquera pas ici la TVA qui est fixée à 25% partout !

Système responsable et transparent 

Les Danois acceptent ces lourds impôts car ils bénéficient en échange d'une protection sociale en béton et qu’ils savent où vont les impôts. Congé parental d'un an très bien payé, nombreuses places de crèches, gratuité des soins et de l'enseignement supérieur et des bourses d'études pour tous les étudiant danois.

Dès le collège, on explique aux enfants à quoi servent les impôts et on compare avec les autres pays. D'ailleurs, quand les Danois ont refusé d'entrer dans la monnaie unique en l'an 2000, c'était en grande partie pour préserver leur système social.

Aujourd’hui, 70% sont satisfaits du système et 12% seraient même prêts à payer plus d’impôt !