C'est comment ailleurs ? L'agriculture au Brésil

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Alors que s’ouvre le salon de l’agriculture à Paris, coup de projecteur sur un géant de l’agriculture, le Brésil

Le Brésil est surnommé le "géant vert" ou "la ferme du monde". C’est bien simple, ce pays est le premier producteur mondial de soja, de café, de sucre, de jus d'orange, de viande de bœuf, le deuxième producteur de maïs et le troisième producteur de volaille.

D'après un rapport de la FAO et de l'OCDE, le Brésil peut devenir rapidement le premier fournisseur de produits agricoles au monde, devant les Etats-Unis.

Progression fulgurante

Depuis le début des années 90, la production agricole a plus que doublé et la production animale, elle, a triplé. Le Brésil est passé d'un statut d'agriculture de pays pauvre à celui de mastodonte de l'exportation. Les exportations ont été multipliées par six depuis l'an 2000.

Potentiel géographique et climatique

Ces performances s’expliquent d’abord par la géographie du pays. Le Brésil, c'est 15 fois la superficie de la France. Forcément il y a de la place pour travailler la terre. La surface cultivée au Brésil est de 57 millions d'hectares, soit deux fois plus que la France. En plus, il y a 230 millions d'hectares de pâturages.

Les différents climats de ce grand pays permettent aussi de produire des choses très différentes. Et dans certains Etats comme le Mato Grosso au centre du pays, il n'y a pas d'hivers. Donc il existe un système de double récolte qui permet d'enchainer culture de soja, puis culture du maïs. Avec tout ça, la productivité a grimpé en flèche. 

Dérégulation

Ensuite, un certain nombre de changements assez récents ont boosté l'agriculture du pays. Pour commencer, la libéralisation des échanges commerciaux entre le Brésil et le reste du monde. Des taxes sont tombées et les produits agricoles brésiliens en ont profité.

Et puis, l'agriculture a été dérégulée pour devenir très libérale. Moins de contraintes et de normes. Les OGM sont très répandus au Brésil, les pesticides aussi. Certaines exploitations sont énormes. On les appelle les Fazenda, consacrées à une culture unique dédiée à l'exportation. Enfin, le faible niveau du réal, la monnaie brésilienne, a considérablement a dopé les exportations.

Exportations dans le monde entier

Les produits brésiliens sont vendus en Chine et dans les pays asiatiques en général, dans la région pacifique, aux Etats-Unis, en Russie, en Arabie saoudite et en Europe. En France, on se souvient des poulets brésiliens qui concurrençaient les poulets produits en  Bretagne.

Secteur vital mais déséquilibré

Aujourd’hui, l’agriculture est le premier poste d'exportation du Brésil, la principale source de devises. Elle a aidé le Brésil à traverser la crise financière.

Mais ce secteur peut poser problème. Les fazendas sont souvent responsables de la déforestation, en Amazonie. Et puis, si le Brésil exporte et nourrit des centaines de millions de personnes dans le monde, sept millions de Brésiliens souffrent encore de la faim, malgré les progrès accomplis par les actions gouvernementales.

Vous êtes à nouveau en ligne