Une BD noire comme une mouche

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Mezzo et Pirus bouclent leur trilogie BD "Le Roi des mouches". Une décennie à voleter pour raconter, de manière très noire, des vies sans envies.

Ça
sonne comme un duo de comiques à l'ancienne :
l'Auguste et le clown blanc. En fait, Mezzo et Pirus sont des auteurs, et on ne
fait pas plus noirs dans le paysage du 9ème art. Ni plus américains
dans la BD franco-belge.
Depuis 30 ans, pour qualifier leur œuvre, reviennent
les adjectifs "suffocant", "fascinant", "terrifiant", "hallucinatoire". On ajoutera :
dérangeant. Un malaise vous gagne à la lecture de tous leurs albums, et plus
encore avec la trilogie Le Roi des
mouches
. Adolescence, drogue, sexe, vacuité des relations familiales et
sociales. Vus à hauteur de pare-chocs, celui du coupé BMW du jeune héros qui
regarde le monde avec un détachement clinique, ou en caméra subjective (nous
voilà à la place de celui-ci), les mots crus de Pirus parlent de fluides et
d'odeurs et mangent les cases comme un roman éclaté. Les images morbides de Mezzo
disent la violence et les frustrations d'une humanité en décomposition. Une BD chimique,
hostile et rock'n'roll.

Mezzo
et Pirus revendiquent avoir mis de l'humour dans leur récit désespéré. On
laissera le lecteur en juger. Le Roi des
mouches
, trois tomes saisissants aux éditions Glénat. Avec une mention spéciale à la coloriste Ruby.

Et une exposition qui
tourne à l'expérience sensorielle à Saint-Ouen dans le cadre du festival Formula
Bula
, lequel propose aussi une découverte
des illustrateurs américains Peter Kuper et Kim Deitch, des rencontres avec une
trentaine d'auteurs, des concerts, des films d'animation, essentiellement de
jeudi à dimanche prochain.

Formula
Bula à Saint-Ouen aux portes de Paris du 23 au 26 mai. 

L'exposition "Le roi des mouches" à l'Espace
Cardin – 35 boulevard Victor-Hugo à Saint-Ouen, du 15 mai au 14 juin, du
mercredi au dimanche de 14h à 19h (déconseillé
aux moins de 12 ans).

Tous les 15 jours, Jean-Christophe Ogier accueille ici la
chronique "Info manga" de Lætitia de Germon de la rédaction de
franceinfo.fr. Pour vous guider parmi les nombreuses parutions, Lætitia
vous
livre sa sélection et ses coups de cœur.

Les pieds bandés , de
Li Kunwu, chez Kana

Ce récit raconte comment une jeune fille, Chun Xiou, est
forcée de se bander les pieds suivant la tradition, et la torture que cela
représente. Mais son calvaire ne s'arrête pas là, car avec la révolution et la
fin de la dynastie Qing, elle va devoir supporter la pression d'une nouvelle
société qui rejette toutes ses anciennes coutumes.

Li Kunwy rend hommage à sa nourrice qui lui racontait les
légendes chinoises d'antan et sa propre histoire. Un très beau témoignage,
touchant et sombre à la fois, sur ce qu'ont dû endurer des millions de jeunes
chinoises et sur les coutumes éprouvantes de la société du XXe siècle.

Nuits de noces , de Kim
Dong-hwa, chez Casterman

Bunnae est une jeune mariée, tout juste sortie de l'enfance,
sur le point de se donner à un mari aimant mais maladroit. À la façon d'un
documentaire sur les traditions populaires, on y retrouve tout le folklore et
la poésie des mariages d'antan, manière pour le dessinateur d'exprimer sa
nostalgie d'une Corée champêtre et insouciante aujourd'hui presque disparue,
mais aussi, sans détour et sans fausse pudeur, l'évocation d'un éveil à la
sensualité.

Kim Dong-hwa  a
conçu spécialement pour Casterman cet album au format d'une bande dessinée
franco-belge. Des dessins en couleurs, sobres et des personnages aux traits
fins dont les émotions passent facilement. Cette œuvre poétique et tout en
délicatesse nous plonge dans les noces d'antan de la Corée campagnarde.

Pepita , de Takehiko
Inoue, chez Kazé

Takehiko Inoue, (Slam Dunk, Real, Vagabond) est passionné
par l'art sous toutes ses formes. En 2001, il est parti sur les traces de
l'architecte et sculpteur catalan Antonio Gaudí. Accompagné d'un caméraman, il
arpente Barcelone à la recherche de tout ce qui a contribué à  la
construction de cette esthétique unique.

Un livre grand format où sont regroupés les impressions du
mangaka, le récit de ses rencontres, les dessins qu'il a effectué durant son
voyage et ses photographies. Takehiko Inoue jette un regard nouveau sur l'œuvre
de Gaudí, et dessine avec la même virtuosité les plantes de la ville, les
gestes centenaires des artisans, et les créations de l'artiste lui même.
L'ouvrage est accompagné d'un DVD retraçant le parcours de l'artiste en Espagne.

Vous êtes à nouveau en ligne