BD, bande dessinée. Un été d'anticipation : Chauzy voyait venir la pandémie

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Chaque samedi, cet été, "BD, bande dessinée" revient sur une sortie récente qui imagine le monde d'après. Pour écrire "Le Reste du monde", Jean-Christophe Chauzy a brodé à partir de toutes les alertes que lancent les organisations internationales.

À l’automne dernier, Jean-Christophe Chauzy livrait le 4e tome d’une série post apocalyptique démarrée il y a maintenant cinq ans.

Que la montagne est inquiétante

Le Reste du monde, c’est son titre, met en scène une partie de la population française, isolée dans les Pyrénées et qui tente de survivre après une catastrophe dont on ne sait rien. Pas plus que n’en savent quelque chose les personnages eux-mêmes, éparpillés seuls ou par groupes, dans quelques vallées dont ils ne peuvent sortir. Les frontières ont été fermées pour contenir l’épidémie mortelle qui se répand et pour laquelle n’existe aucun traitement. Comme tout le monde, Jean-Christophe Chauzy admet avoir été sidéré par la crise brutale du Covid-19 et ses conséquences. Avant de retrouver dans l’actualité les différentes étapes de son scénario de fiction.

Je n’ai pas été étonné par les décisions prises par les gouvernements. Mais c’est marrant de voir combien ça rejoint en effet des choses que j’avais posées et qui souvent sont vécues par les lecteurs comme des exagérations. Comme toujours, on est vite dépassé par la réalité.

Jean-Christophe Chauzy

Dans la bande dessinée de Chauzy, comme dans la réalité - ceux qui ont déjà crapahuté dans les Pyrénées peuvent en témoigner - la nature est majestueuse. Les protagonistes de l’histoire n’ont pourtant qu’un seul but : tenter de quitter le pays. En attendant, ils tendent la main en espérant que quelqu’un la saisisse.

On a pu avoir l’impression pendant quelques semaines que c’étaient les grands pays dits civilisés, ceux qui étaient allés coloniser la planète, qui se retrouvaient sans masques, sans tests, sans vaccins, sans lits, sans directions, comme des poules à qui on aurait coupé la tête.

Jean-Christophe Chauzy

Demain, nous les migrants

À l’issue du premier cycle de son histoire, Chauzy n’est pas loin d’imaginer qu’un jour viendra peut-être où, comme ses jeunes héros réchappés de l’enfer d’une société où tous les repères moraux ont cédé devant la violence, nous serons heureux de nous entasser sur une embarcation pour traverser la mer en direction du sud.

Le Reste du Monde, de Jean-Christophe Chauzy, aux éditions Casterman.

Vous êtes à nouveau en ligne