BD, bande dessinée. Lyon expose l'art invisible

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

L'art invisible ! C'est ainsi que Scott McCloud appelle le 9e art.

Les travaux de l'auteur et théoricien de la bande dessinée américain, Scott McCloud, sont exposés à Lyon. La BD ne s'explique vraiment bien qu'en BD.

Comment lit-on une bande dessinée?

On entend encore parfois : "Moi, je ne sais pas lire une bande dessinée. Faut-il commencer par les dialogues ou les dessins ?" 
Si ceux qui ont l’habitude de lire des BD ne se la posent jamais, la question n’est pas idiote. Elle nous oblige même à réfléchir à la manière dont fonctionne ce medium qui marie le texte et l’image, et fait appel plus que tous les autres à l’imagination de celui ou de celle qui regarde.

Pour comprendre le langage de la bande dessinée, il faut lire les ouvrages de l’américain Scott McCloud.
Honnête dessinateur, auteur ayant connu un relatif succès, Scott McCloud a eu un jour l’intuition de sa vie. Il allait expliquer en bande dessinée la bande dessinée. Publié en 1993, son ouvrage aura pour titre L'Art invisible. C’est une révélation. Tout devient limpide : les ellipses entre les cases, le réalisme et la caricature, l’utilisation des onomatopées. Et le jeu infini de la mise en scène, du découpage qui, si l’on a du talent, permet de tout raconter.

L'art invisible, du livre à l'expo

Pour s’en convaincre, il n’est qu’à visiter l’exposition Bande dessinée, l’art invisible au musée de l’imprimerie et de la communication graphique de Lyon. Là où, d’habitude, on s’extasie devant les estampes rares ou une presse de Gutenberg, on reste baba devant les planches de BD agrandies sur les murs, qui disent la richesse et la variété du 9art.

Mi-juin, Scott McCloud est venu en personne inaugurer l'exposition lyonnaise.

Je n’avais jamais vu mes propres dessins aussi grands. On voit bien la façon dont mon travail s’organise derrière le travail des autres.

Scott McCloud

En noir et blanc ou en couleurs, puisées dans les comics, les mangas, la BD franco-belge, les planches décryptent l’organisation des cases et des bulles, montrent comment l’œil est guidé malgré lui dans la page, pourquoi naissent l’émotion et le plaisir. L’exposition se termine par une fascinante plongée dans l’atelier de Juanjo Guarnido, le dessinateur de la série best-seller Blacksad.

Bande dessinée, l’art invisible au musée de l’imprimerie de Lyon jusqu’au 20 septembre.

Vous êtes à nouveau en ligne