BD, bande dessinée. Léonie et Anaïs

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Anaïs Nin est une pionnière en littérature toujours célébrée et dont la réputation reste parfois sulfureuse. La dessinatrice suisse Léonie Bischoff a choisi d'évoquer le moment où la jeune femme affirme sa liberté et s'assume comme écrivaine.

Tout au long de sa vie, Anaïs Nin a tenu un journal dans lequel elle affirme son amour des hommes, des femmes et de la littérature. Léonie Bischoff transforme ce maelström de sentiments violents en bouquet multicolore.

Une diariste honnête et sans tabou

Anaïs Nin a commencé à tenir son journal à 11 ans, quand son père a quitté le domicile familial. Elle ne s’est jamais arrêtée de lui confier ses réflexions, ses émotions, ses secrets et les sensations que la vie lui offrait. Avec une franchise, une intelligence et un sens si aigu de l’écriture qu’elle fut rapidement considérée comme l’égale des écrivains qu’elle côtoyait et aimait : Henry Miller, Antonin Artaud, entres autres passions intellectuelles et amoureuses.

Léonie Bischoff a choisi d’évoquer cette grande figure des lettres en la montrant au moment où elle s’épanouit, à la fin des années 1920 et au début des années 1930, dans sa quête de femme de plus en plus libre, amante sans tabou, et artiste rejetant les normes sociales. D’un trait assurément sensuel, Léonie Bischoff capte les regards, le jeu des corps, l’émerveillement et le trouble, la rage et le feu.

Je ne voulais pas être trop prude, car elle n’est pas prude dans ses écrits, mais on connaît parfois trop l’image sulfureuse, érotique d’Anaïs Nin. J’ai choisi de mélanger des scènes assez explicites avec des évocations florales.

Léonie Bischoff

Un feu d'artifice de couleurs

A l’image de l’autrice qui se présente à nous les ongles peints en vert, une veste kimono à motifs floraux multicolores et les cheveux orange, le livre, sur un fond blanc, se donne dans un feu d’artifice de couleurs douces.

Ce travail sur la couleur est le fruit de mon amour pour ces crayons magiques dont la mine est composée de différentes couleurs et qui donnent un résultat aléatoire. Cela rend grâce aussi à l’esthétique art déco et art nouveau de l’époque, tout en volutes souples intriquées.

Léonie Bischoff

Anaïs Nin sur la mer des mensonges de Léonie Bischoff, aux éditions Casterman.

INFO MANGA
INFO MANGA (FRANCEINFO)

Tous les 15 jours, Jean-Christophe Ogier accueille ici la chronique "Info manga" de Lætitia de Germon de la rédaction de franceinfo.fr. Pour vous guider parmi les nombreuses parutions, Lætitia vous livre sa sélection et ses coups de cœur.

En proie au silence, de Akane Torikai, chez Akata

En proie au silence
En proie au silence (© Akane Torikai / Kodansha Ltd. / Akata)

Dans son troisième titre la mangaka Akane Torikai aborde la condition féminine et les inégalités homme / femme de la société japonaise. C'est un des sujets de prédilection de cette autrice très engagéé dans la lutte contre le sexisme.

A 24 ans, Misuzu est professeur de lycée. Mais entre le désintérêt de ses élèves et surtout la blessure qu’elle porte en elle après avoir été violée, la jeune femme essaie tant bien que mal de mener son existence, la tête haute. L'annonce des fiançailles de son meilleure amie avec son ancien petit ami va la chambouler. Désormais, Mizusu va devoir prendre une décision : parler ou ne rien dire...

A travers son personnage, Akane Torikai scrute la misogynie profondément ancrée dans la société japonaise, elle aborde la remise en cause de la féminité, la perte de confiance, et la peur des hommes.

Les dessins sont fins, les personnages réalistes et l'environnement souvent clair, ce qui donne une vision directe des événements.

Vous êtes à nouveau en ligne