BD, bande dessinée. Le palmarès du 48e festival d'Angoulême

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Festival international de la bande dessinée, premier round. Au théâtre d’Angoulême, tout s’est passé en un peu plus d’une heure, le temps de sacrer deux américains, d’en oublier un autre, de passer par le Canada, de faire l’impasse sur l’Asie, et de coller à l’époque. 

Le Fauve d’or pour une œuvre noire, le genre et la sexualité sous toutes les couleurs : Angoulême 48 a remis ses prix sans public pour cause de crise sanitaire.

Où est passé Chris Ware ?

Le grand oublié du palmarès de l’édition 2021 du festival international de la BD, c’est Chris Ware, et son dernier chef d’œuvre, Rusty Brown, aux éditions Delcourt. "Hors concours", a dit le jury. Chris Ware ne saurait obtenir désormais rien moins que le Grand Prix de la ville avec le vote de l’ensemble des auteurs qui s’exprimeront au mois de juin, juste avant le second round de ce festival morcelé pour cause de crise sanitaire.

L’Accident de chasse, Fauve d’or d’Angoulême 48

Le Fauve d’or, le prix du meilleur album revient à L’Accident de chasse de David L. Carlson et Landis Blair. Il s’agit de la première bande dessinée du scénariste et de la première incursion dans la BD de l’éditeur Sonatine. C’est un livre épais, a priori peu engageant, sur lequel le jury ne tarit pas d’éloges.

L’objet, déjà, impressionne. C’est une bande dessinée très longue, massive, assez noire, entre l’univers sombre de la prison et celui, tout aussi sombre de L’Enfer de Dante.

Benoît Peeters, président du jury

La question du genre

Avec Superman et autres Spiderman, on savait que les super héros aiment bien enfiler des collants avant de passer à l’action. Jamais cependant, on était allé aussi loin que l’anglais Steven Appleby. Il suffit à son personnage Dragman de s’habiller en femme pour récupérer ses superpouvoirs. Sur le mode de l’humour, Dragman est un plaidoyer pour le combat contre les stéréotypes de genre. Publié chez Denoël Graphic, Dragman reçoit le prix spécial du jury.

Cette sensibilité actuelle pour les questions de genre et de sexualité se retrouve dans le prix de l’audace qui met en lumière le travail de la jeune autrice Maurane Mazars, qui signe Tanz ! aux éditions du Lombard.

Le prix du public récompense la suissesse Léonie Bischoff et son évocation de l’écrivaine érotique Anaïs Nin, Anaïs Nin, sur la mer des mensonges, aux éditions Casterman.

Dans le même esprit, le prix des lycéens s’est porté sur Peau d’homme d’Hubert et Zanzim, chez Glénat. En recevant son prix, Zanzim n’a pas oublié les auteurs de BD qui dénoncent leur situation économique et sociale, souvent déplorable. Ils menacent de ne pas venir au festival d’Angoulême au printemps. Zanzim fera comme eux.

Le prix de la série part au Canada avec Michel Rabagliati et sa sympathique saga autofictionnelle.

Prix René Goscinny, meilleure scénariste de l'année, Loo Hui Phang, pour Black-out (avec Hugues Micol au dessin), éditions Futuropolis.

Retrouverez ici l’intégrale des prix décernés à l’occasion de ce 48e festival d’Angoulême.  

Vous êtes à nouveau en ligne