BD bande dessinée. Dans les coulisses de l'affaire lybienne

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Cet été , chaque samedi, une BD d'actualité et de reportage. Cinq journalistes d'investigation et un dessinateur tirent les fils des relations troubles entre la France de Nicolas Sarkozy et la Lybie de Mouammar Kadhafi.

C’est le fruit de sept ans d’enquêtes menées par des journalistes d’investigation, notamment ceux de Médiapart et de Radio France. Sur près de 200 pages de bande dessinée, on y voit des personnages bien réels : des chefs d’Etats - Nicolas Sarkozy, Mouammar Kadhafi -, des ministres, des hommes de l’ombre, acteurs d’un feuilleton qui mêle politique nationale et internationale, jeux de pouvoirs et d’influences, épisodes guerriers, autour d’un ballet de valises et de sacs remplis d’argent occulte.

Donner à voir les secrets d'Etat

Presque tout ce que raconte cette histoire est déjà sorti ici et là. Mais, le puzzle reconstitué impressionne.

Pour beaucoup de ceux qui voient cette affaire d’un peu loin, l’effet narratif de la bande dessinée donne à voir ce qui était déjà là.

Fabrice Arfi, journaliste à Mediapart

L’affaire en elle-même peut se résumer ainsi : le régime du colonel Kadhafi aurait financé la campagne électorale de Nicolas Sarkozy pour la présidentielle de 2007. Celui-ci est aujourd’hui mis en examen pour "corruption passive", "financement illégal", "recel de fonds public libyen". Mis en examen également, Claude Guéant, ancien secrétaire général de l’Elysée, ancien ministre de l’intérieur et Eric Woerth, ex-trésorier de la campagne présidentielle de l’UMP. Les trois personnalités contestent les faits. Comme d’autres, que l’on voit en action pour la première fois.

La bande dessinée permet de montrer ceux qu’on ne voit jamais : les intermédiaires qui incarnent toutes les dérives de la république de l’ombre. Ils portent les contrats d’armement, gazier, les intérêts supérieurs de la nation. Et ont contribué d’après les juges aux flux financiers suspects.

Fabrice Arfi

Les auteurs revendiquent les dialogues les plus confidentiels, les scènes les plus étonnantes, comme celle où l’on voit le corps d’un ancien ministre du pétrole libyen flotter sur le Danube.

Pour aider le lecteur à prendre la mesure de la véracité de ce qu’il vient de lire, la BD est complétée par l’exposition d’une trentaine de pièces : bordereaux bancaires, notes confidentielles de services de renseignement, photos de piles de billets.

Signé par les journalistes, Fabrice Arfi, Benoît Collombat, Michel Despratx, Elodie Gueguen, Geoffroy Le Guilcher, mis en images par Thierry Chavant, Sarkozy-Kadhafi, des billets et des bombes, une coédition La Revue Dessinée-Delcourt.  

Vous êtes à nouveau en ligne