BD bande dessinée. Boucq enquête de soi

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

François Boucq aime jouer avec le sens des mots et la force du dessin. Cela donne un nouvel épisode des "Aventures de Jérôme Moucherot", une réédition de "Face de Lune" avec Jodorowsky et "Le petit Léonard décodé", un exposition au Musée de la franc-maçonnerie.

Humour, non-sens et réflexions philosophiques : le dessinateur François Boucq renoue avec les aventures de Jérôme Moucherot, courtier en assurance au quotidien sauvage dans la jungle des villes.

François Boucq est un homme du Nord

Il en a l’accent et l’humour absurde qui le conduit à de profondes réflexions sur notre place ici-bas. Virtuose du crayon, philosophe du coq à l’âne, Boucq est un homme du livre. Il s’appelle Boucq / Book, et ce n’est pas un pseudonyme.

Je m’appelle Boucq, et je fais des livres, mais le plus beau c’est que ma grand-mère issue d’une famille belge flamande s’appelait Scriver, ce qui veut dire écrivain. J’adore les mots qui rebondissent sur des sonorités analogues et qui leur donnent un sens nouveau.

François Boucq

De mots en dessins, le fond et la forme deviennent vite une jungle où le héros de Boucq, Jérôme Moucherot, grand fauve du quotidien, n’hésite pas à s’enfoncer pour mener une quête intérieure. Il n’est pas loin de toucher le fond.

Quand on est avec soi-même, il faut être impitoyable. Quand on creuse, il y a des fonds à double-fond. Moi, c’est un bordel abyssal. Mais, il n’y a pas que des habits sales. Il y a du propre aussi.

François Boucq

De fantasmes égrillards en bric-à-brac insondable, Moucherot a bon fond, finalement. Boulimique de traits, Boucq parvient tout de même à garder la ligne et s’offre comme perspective, au fil des pages, l’extase du rien.

Imaginons que la feuille de papier blanc, c’est l’esprit. L’une et l’autre contiennent toutes les formes possibles. Tracer un trait, c’est créer une limite. Quand on dessine l’oiseau à l’intérieur du trait, on dessine aussi le ciel, à l’extérieur. J’imagine la mort comme l’effacement de cette limite entre nous et le monde.

François Boucq

Ni titre ni nom de l’auteur sur la couverture du nouveau Jérôme Moucherot. Pas même un visage. Mais un ciel bleu à la Magritte, un chapeau, un stylo et un costume léopard suspendus dans l’air du temps.

Une quête intérieure tout en extérieur, histoire de ne pas salir chez soi, aux éditions du Lombard.

Boucq s’expose à Paris

Au musée de la franc-maçonnerie, à partir du 11 mai, Boucq planche sur les toiles de Léonard de Vinci, qu’il décompose en figures géométriques sacrées. Triangles et pentagones, étoiles à cinq ou six branches et lignes de fuite : Boucq regarde La Joconde ou La Cène comme on admire une cathédrale. Un travail à retrouver dans Le petit Léonard décodé publié chez I éditions.

L'exposition au musée de la franc-maçonnerie, rue Cadet, à Paris, du 11 mai au 6 octobre 2019.

Vous êtes à nouveau en ligne