BD, bande dessinée. Aux innocents, l'amour et la liberté !

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Pour le dessinateur italien Gipi, la question du père est de celles qui vous taraudent toute la vie. Il y revient avec Aldobrando, fable dont il signe le scénario et dont il a confié le dessin à Luigi Critone. 

Gipi a reçu il y a deux ans le Grand Prix de la critique de la presse française pour La Terre des fils, une histoire post-apocalyptique sur la transmission. Il reprend ce thème dans Aldobrando, dessiné par Luigi Critone. 

Une quête entre fantastique et réalisme cruel

Fils de personne, incapable de concevoir le mal, l’innocent Aldobrando connaîtra bien des déboires, et souffrira bien des injustices, avant de se révéler à lui-même et de trouver l’amour. Ce n’est pas la première fois que Gipi lance ainsi dans le monde des êtres qui le découvrent sans en avoir les codes.

J’ai besoin d’un psy peut-être. J’ai adoré mon père et, en même temps, j’étais très loin de lui. Je cultive une idée de la liberté qui considère qu’il faut se libérer de ses parents. Pour gagner une liberté absolue.

Gipi

Nous suivrons donc l’initiation du jeune orphelin Aldobrando, garçon pas bien épais, aux bras comme des pattes de merle et à la tête de linotte.

Le personnage d’Aldobrando m’est venu facilement sous la main. Il incarne la candeur, la pureté et comme le dit très justement Gipi, c’est un regard. On découvre ce monde à travers son regard.

Luigi Critone

Et c’est ainsi qu’Aldobrando, personnage libre et faible, fera tomber tout un système, simplement en posant des questions librement. À méditer.

Aldobrando, Gipi et Critone, aux éditions Casterman.

Quittons l’Italie pour l’Espagne

Avec Le Trésor du Cygne noir, Paco Roca réussit une sorte de Trésor de Rackham le rouge contemporain, où même l’évocation des règlements internationaux et les recours judiciaires tiennent le lecteur en haleine dans cette histoire de galion espagnol récupéré par des Américains.

Le Trésor du Cygne noir, aux éditions Delcourt.

Enfin, voici la suite très attendue de Paracuellos. La seconde intégrale de la série reprend les deux derniers albums que l’auteur, après une pause de 15 ans, avait finalement dessinés en 2016 et 2017. Fortement inspiré par ses souvenirs d’enfance alors qu’il avait été placé en orphelinat sous le franquisme, Paracuellos a valu à Carlos Gimenez plusieurs récompenses au festival d’Angoulême. 

Paracuellos, Aux éditions Fluide Glacial.  

Vous êtes à nouveau en ligne