Au fil de l'eau. Peut-on créer de la pluie ?

Chaque semaine désormais sur franceinfo le samedi, une histoire, un débat, une polémique ou une aventure au fil de l'eau ! Aujourd'hui cette question : Peut-on créer de la pluie ? 

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Question aujourd'hui, après la sécheresse de l'été, peut-on créer de la 
pluie ? On le fait déjà, et ça pourrait bien se développer dans l'avenir.

La sécheresse est-elle une fatalité ?

Au fil de l'eau aujourd'hui, l'hydrologue Emma Haziza. 

L\'hydrologue Emma Haziza était l\'invitée de franceinfo lundi 22 juillet 2019.
L'hydrologue Emma Haziza était l'invitée de franceinfo lundi 22 juillet 2019. (FRANCEINFO)

On a encore enregistré des records de sécheresse cet été en France. Juillet a été le mois le plus sec depuis plus de 60 ans. Des maisons fissurées, des champs de céréales dévastés, des sols arides craquelés, des nappes phréatiques fragilisées... Pourtant la quantité d'eau sur terre est pratiquement la même depuis des millénaires, le problème c'est qu'aujourd'hui avec le réchauffement climatique on varie entre le trop et le pas assez. C'est l'époque des extrêmes !

L’homme a toujours été un apprenti sorcier pour créer de l’eau

Il existe énormément de solutions pour fabriquer de l’eau. Il y a même des sociétés spécialisées dans la fabrication de pluie à partir de iodure d’argent, disséminée dans l’atmosphère. À la fin des années 70, on avait pensé à remorquer des icebergs jusqu’aux Émirats ! On a imaginé des choses incroyables mais sur le plan plus technique, on a toujours utilisé les ressources de manière optimale et optimum.

La récupération des eaux de pluie à l’échelle individuelle, c’est quelque chose que l’on peut faire et qui permet de bien optimiser cette ressource. Le fait de travailler sur les barrages aussi : il y a plus de 30 000 barrages à travers le monde qui permettent de conserver et d’utiliser l’eau pour créer de l’énergie via les systèmes hydroélectriques.

On a aussi appris à gérer les étiages, afin qu’il y ait toujours un équilibre au niveau du débit d’un cours d’eau, même lorsque les fleuves sont à leur plus bas niveau lors des périodes estivales. Depuis toujours, on a imaginé des solutions et il existe différentes pratiques à travers le monde pour acheminer l’eau dans les endroits sensibles. À l’époque romaine par exemple, on avait des aqueducs pour transférer l’eau d’une zone à une autre, ce n’est pas récent.  

Le problème aujourd’hui c’est qu’on est confronté à quelque chose de nouveau

Ce quelque chose de nouveau, c'est la diminution de la ressource et l’augmentation des besoins alimentaires à l’échelle planétaire. D’ici à 2050, on va se retrouver avec 2 à 3 milliards d’êtres humains supplémentaires, et c’est clairement impossible de nourrir 9 milliards de personnes avec des protéines animales. C’est là où il faut repenser l’usage de l’eau, en le repensant de manière adaptée à l’échelle mondiale, mais aussi à l’échelle locale.             

Vous êtes à nouveau en ligne