Au fil de l'eau. Niveau satisfaisant des nappes phréatiques après les pluies de ces dernières semaines

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

"Au fil de l'eau", il est question aujourd'hui de la formation et du niveau des nappes phréatiques après les fortes pluies de ces dernières semaines.  

Les pluies diluviennes ces dernières semaines ont-elles vraiment regonflé les nappes phréatiques ? Comment les eaux souterraines se rechargent-elles ? Au fil de l'eau, l'hydrogéologue Jean- Christophe Maréchal, chef de projet au BRGM (le bureau de recherches géologiques et minières).

Un immense réservoir sous nos pieds

Une nappe phréatique, c'est un réservoir d'eau souterraine qui se trouve sous nos pieds. Il faut bien comprendre que le sous-sol est constitué de grandes parties complètement vides. Dans les roches dures par exemple, il y a des fissures, des fractures, et ce vide se remplit régulièrement des eaux de pluie. Elles s'infiltrent et remplissent ce vide, ce qui constitue les nappes phréatiques. Ce ne sont pas des lacs souterrains comme on l'imagine très souvent.                      

Une nappe phréatique fonctionne comme une éponge

Suite à une pluie, on va avoir une infiltration d'eau. Cette eau va remplir progressivement la nappe phréatique qui peut se mettre à déborder. C'est ce qu'on appelle une crue par remontée de nappe. On a donc des phases d'infiltration, puis des écoulements sous-terrain. L'eau peut alors ressortir dans des sources ou dans des rivières par exemple.

En fait, cette eau est en mouvement perpétuel ! Elle est filtrée par le processus d'infiltration à travers le sol. Il faut savoir que plus l'eau est ancienne, plus elle va circuler longtemps dans le sous-sol, plus elle va subir ce phénomène d'autoépuration, et plus sa qualité sera meilleure.              

Les pluies : la clé de remplissage des nappes phréatiques

Les nappes phréatiques sont alimentées à 90% par les pluies. Il peut y avoir quelquefois des infiltrations de rivières, mais c'est un phénomène marginal. Il est tombé beaucoup d'eau ces dernières semaines, ce qui est donc une bonne nouvelle pour les nappes phréatiques en prévision de l'été et des risques de sécheresse.

Actuellement, la plupart des nappes aquifères sont dans un état de remplissage satisfaisant. Il y a quelques exceptions dans le couloir du Rhône et de la Saône, mais la plupart des nappes ont un niveau au-dessus des moyennes annuelles à cette période de l'année. Les nappes phréatiques réagissent aussi en fonction de la nature du sol.

En France, on trouve à peu près tous les types de roches présentes dans le monde. Il y a des nappes qui vont réagir très rapidement, dans lesquelles la circulation d'eau se fait très vite. D'autres auront des rythmes de circulation beaucoup plus lents avec beaucoup plus d'inertie. On parle alors de centaines, voire de milliers d'années pour renouveler ces nappes phréatiques. 

Vous êtes à nouveau en ligne