Au fil de l'eau. L'hydratation est-elle la clé de la performance chez les sportifs de haut niveau ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

"Au fil de l'eau" aujourd'hui, Vincent Guillard, médecin du sport à Poitiers, attaché à la fédération française de tennis sous la direction du docteur Montalvan.

 On va entrer dans la deuxième semaine de Roland Garros avec des matchs de plus en plus accrochés ! Les températures sont inhabituelles, c'est vrai cette année, mais l'hydratation est toujours aussi importante pour les joueurs.

L'hydratation est fondamentale pour le fonctionnement cellulaire et musculaire    

Une bonne hydratation est primordiale pour le fonctionnement global du sportif, mais c'est surtout fondamental pour la performance. Un seul chiffre : une diminution de l'hydratation de 2% entraîne une baisse de performance de 20% chez le sportif. Il il peut avoir des crampes, il peut avoir des troubles de la tension puisque son cerveau sera moins hydraté, et dans les cas importants, avec du soleil et beaucoup de chaleur, il peut se retrouver en hyperthermie.  

Le froid et la pluie modifient-ils les besoins en hydratation ?  

La météo a des conséquences sur le sportif bien sûr, mais le docteur Vincent Guillard affirme que les besoins en hydratation des joueurs restent les mêmes. Avant le match, on leur demande de boire un petit peu tous les quarts d’heure, pendant le match, de boire de manière régulière, et en fin d'effort de se réhydrater de manière importante en prévision du  prochain match. Quand il fait froid, comme aujourd'hui à Roland Garros, il y a moins de transpiration donc moins de perte d’eau, donc des besoins en eau moins importants que si on était au mois de mai avec des températures de 38 degrés en plein soleil.  

Peut-on comparer les besoins en eau d'un coureur du Tour de France avec ceux d'un joueur de tennis ?  

Rien à voir, affirme le docteur Vincent Guillard. Le coureur du Tour de France est capable de perdre huit litres d'eau en étant en hypersudation pendant son étape. Pour le joueur de tennis, ce sera un petit peu moins, car il va moins transpirer. Par moment, il est assis sur son siège donc il n'a pas, ou très peu, d’activité. Le vent peut aussi limiter son hypersudation, donc les besoins en eau du joueur de tennis seront plus limités.  

L'eau ne suffit pas !  

L'eau ne peut pas tout apporter à elle seule. On parle donc beaucoup des boissons isotoniques. Ce sont des boissons d'attente qui permettent d'apporter du "carburant" au sportif. Elles peuvent apporter du glycogène pour préparer à l’effort, pour que les cellules musculaires soient alimentées. Il va falloir aussi apporter des électrolytes, essentielles à la composition de la cellule comme le potassium ou le magnésium. Ces boissons peuvent aussi apporter des antioxydants qui permettent à la cellule de moins souffrir. Ce sont souvent des vitamines, vitamine C, vitamine E. Les boissons isotoniques contiennent tous ces éléments nécessaires au fonctionnement cellulaire.  

Vous êtes à nouveau en ligne