Alimentation : donner de bonnes habitudes aux enfants

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

En attendant les recettes de samedi un point sur l'actualité culinaire. Alimentation, faits de société, tendances, livres, blogs. Un éclairage sur les questions et les nouveautés du moment.

C'est la rentrée, les
enfants ont repris le chemin de la cantine. Soyons honnêtes, rarement avec joie
et entrain. Sans mettre toutes les cantines dans le même sac, il faut reconnaître
que de plus en plus de cantines travaillent des produits frais pour initier nos
enfants au goût, même si les produits congelés et en conserves sont encore légion.

L'Asef, l'Association de
la Santé environnement France, a interrogé 910 écoliers âgés de 8 à 12 ans dans
une vingtaine d'établissements de la région PACA.

Résultats : ils
savent quasiment tous reconnaître une carotte, une poire ou une pastèque, mais
87 % ne savent pas reconnaître une betterave, 31% à 33% ne savent pas
reconnaître des poireaux, une courgette, une figue ou un artichaut. Du côté de
la composition, 25% ignorent que les yaourts sont conçus à base de lait et 72%  ce qu'il y a dans les pâtes. Un enfant sur quatre
boit à table du sirop, du jus de fruit ou des sodas...

Combattre la malbouffe

La "malbouffe" s'attrape tôt avec de mauvaises habitudes alimentaires
en revanche la "bonne bouffe". C'est aussi contagieux  et cela s'attrape avec une éducation au goût
dès le plus jeune âge. C'est à ce moment-là que l'école, en dehors des cantines,
a un rôle à jouer en introduisant des ateliers de cuisine.

L'idéal serait de leur apprendre
à faire un plat une fois par semaine, à faire le marché, à goûter...  A lire en famille et à télécharger, le petit guide vert des p'tits gourmets !

La nourriture des
étudiants

Il n'est pas toujours
facile de se nourrir correctement quand on est étudiant car une fois les
transports et l'hébergement payés, il ne reste plus grand chose pour se nourrir.

Le Crous  de Toulouse a ouvert, le 9 septembre, l'épicerie Mini
M (M pour Market)
sur le campus de l'Université Paul Sabatier à Toulouse (le Campus de
Rangueil).

Ce projet pilot propose
des fruits et des légumes de saison, de la viande, des produits frais et même
surgelés. La fourchette des prix se situe entre la supérette et la moyenne
surface, et les produits sont vendus à prix coûtants.

Les initiatives :

Une épicerie sociale pour
étudiants a ouvert en 2011, à Lyon-I, sur le campus de la Doua (Villeurbanne)

Une épicerie low cost à
la résidence universitaire d'Antony

Une épicerie sociale dans
les locaux de l'Université de Lorraine au sein de la faculté de pharmacie de
Nancy

A lire : Fauché
gourmand, aux éditions de la Martinière

L'évènement

La fête de la gastronomie
se déroule dans toute la France, les 20, 21 et 22 septembre. Un évènement chaperonné
par le Chef Thierry Marx que l'on ne présente plus et Sylvia Pinel, ministre déléguée
à l'Artisanat, au Commerce et au Tourisme.

Nos 27 régions seront
représentées et 27 chefs  créeront des
recettes exclusives de grande gastronomie à réaliser chez soi à moins de 5
euros. Le but étant de montrer que la grande cuisine n'est pas forcément chère.

Vous êtes à nouveau en ligne