Rugby : les Français champion du monde... du buzz !

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

A première vue, cocorico…l’équipe de France de rugby casse la baraque en Nouvelle-Zélande. Pas sur le terrain, faut pas rêver, mais dans la presse locale. Les Bleus font la Une des journaux, ce qui à trois jours du match qui les opposera aux All Blacks, n’a rien de surprenant.

Ce qui l’est plus, ce sont les raisons pour lesquelles la presse néozélandaise s’intéresse à nos petits gars. D’abord parce qu’ils sont beaux. Mais oui. Il y a eu un référendum dans la presse féminine locale pour élire les rugbymen les plus sexys de la coupe du monde. Et si le vainqueur est un Gallois, le demi de mêlée Mike Phillips, 1m95, 105 kg et un look de « bad boy destroy », c’est le french captain, Thierry Dusautoir qui arrive deuxième. Les lectrices du New Zealand Woman’s Weekly lui trouvent des yeux de braise et des pectoraux à se damner. Il est la déclinaison rugby de la légende du French Lover.

Ensuite et plus sérieusement, il y a des journalistes sportifs qui constatent qu’à défaut de bien jouer, les Bleus sont diablement efficaces. En deux matchs, ils ont fait le plein des points. Deux victoires avec bonus offensif. Et en plus, la France détient le record de réussite dans les pénalités avec 84,2% de tirs aux buts entre les poteaux ce qui est bluffant.

Enfin et surtout, il y a le buzz provoqué par les choix de Lièvremont. Para à l’ouverture et Servat remplaçant, pour les journalistes néozélandais, c’est une équipe B, la preuve que les Français vont jouer « à qui perd gagne » pour se retrouver dans le tableau final le plus facile. Conclusion de la presse locale : « Lièvremont a dévalué le match de coupe du monde le plus attendu des quatre dernières années, c’est une farce française, un scandale, une insulte aux spectateurs et un affront fait aux All Blacks »

Voilà qui nous promet une ambiance charmante samedi à l’Eden Park d’Auckland. Un de ces matchs dont l’unique enjeu est la fierté. Généralement ce ne sont pas les plus moches.

Vous êtes à nouveau en ligne